Une histoire de Noël moderne
5 min

Une histoire de Noël moderne

Kathrin Buholzer

La journaliste et animatrice du site Internet elternplanet.ch est mère de deux enfants et observe pour Chroniques les contraintes auxquelles nous sommes quotidiennement soumis dans notre rapport aux nouveaux médias et aux possibilités du monde numérique.Suivre l’auteure sur Youtube

Kathrin Buholzer (texte), Milan Hofstetter (illustration), 21 décembre 2017

Marie soupira et consulta une énième fois son smartphone.

«Dis-moi Siri, il faut encore combien de temps jusqu’à Bethléem?» «Les conditions de circulation dans le périmètre de Bethléem sont difficiles. Un grand nombre de personnes sont en déplacement. Comme vous le savez, un recensement est en cours.»

«L’âne aurait aussi bientôt besoin de faire une pause», se dit Joseph. Cela faisait des heures qu’ils étaient en route et heureusement, il avait pu réserver un hôtel la veille. Il n’avait par contre pas reçu de confirmation et était un peu inquiet.

«Vous êtes arrivés à destination!»

«Enfin, il ne nous reste plus qu’à regarder une série sur Netflix et à nous glisser sous la couette.»Marie

Le message de Siri fut un soulagement pour les deux voyageurs. «Enfin, il ne nous reste plus qu’à regarder une série sur Netflix et à nous glisser sous la couette», pensa Marie en souriant, la tête appuyée sur l’épaule de Joseph.

Mais ce moment de joie fut de courte durée. «Nous n’avons reçu aucune réservation de votre part et sommes compets!», marmonna le réceptionniste d’un air grincheux. «Je suis désolé, mais je n’ai plus aucune chambre à vous proposer. Tentez votre chance sur Airbnb à quelques rues d’ici. Il y a là-bas une auberge très modeste avec de la paille. C’est mieux que rien. Je vous donne le mot de passe du Wifi afin que vous puissiez effectuer la réservation depuis ici.»

Marie était proche des larmes. Elle se réjouissait tellement de passer la soirée devant la TV. De plus, elle avait prévu d’aller consulter les pages des groupes de mamans sur Facebook pour obtenir des conseils avant la naissance. Elle avait même déjà préparé quelques questions qu’elle allait poser à la communauté (à laquelle elle venait de s’inscrire):

«Comment s’est déroulé votre accouchement? Avez-vous souffert?»

«Feriez-vous vacciner votre enfant?»

«Est-ce que quelqu’un peut me dire ce que sont ces taches sur mon ventre?»

«Voilà un endroit auquel je ne donnerai que deux étoiles. Il n’y a même pas un réfrigérateur et le Wifi est une cata.»Joseph

Ils n’avaient plus le choix et durent se rendre à l’autre hébergement en espérant qu’ils auraient plus de chance cette fois-ci. Il faut bien admettre que ce n’était pas le grand luxe et que l’auberge ressemblait davantage à une étable. «Voilà un endroit auquel je ne donnerai que deux étoiles», bougonna Joseph. «Il n’y a même pas un réfrigérateur et le Wifi est une cata.»

Le propriétaire avait au moins laissé un bœuf et un âne. Si ces deux animaux dégageaient une forte odeur, ils avaient l’avantage de diffuser un peu de chaleur. Ils en auraient besoin, car cette nuit, Marie allait accoucher de son premier fils. Elle s’inquiétait déjà qu’elle ne pourrait pas faire de selfie avec son nouveau-né, car son accu était presque vide après leur long voyage. Heureusement, Joseph avait une batterie de réserve, de sorte que la joyeuse famille pourrait immédiatement publier la première photo avec son fils sur Facebook et Instagram. Ils étaient certains de recevoir d’innombrables «likes», car tout le monde le sait: les photos de bébés ont toujours du succès!

Les bergers se trouvant sur des prairies à proximité de Bethléem furent les premiers à recevoir la bonne nouvelle par un message push. Puis, ils continuèrent de recevoir toutes les dix minutes le même message sur leurs téléphones mobiles.

Melchior put réceptionner l’encens, la myrrhe et l’or au point de collecte à proximité de l’étable.

Les Rois mages quant à eux passaient une soirée plus sereine. Ils avaient désactivé les messages push pour ne pas effaroucher leurs chameaux. Et grâce à Balthazar, qui avait téléchargé le navigateur d’étoiles, ils trouvèrent très facilement la route jusqu’à l’étable Airbnb.

Melchior s’était chargé d’acheter l’encens, la myrrhe et l’or. Comme il avait passé sa commande en ligne quelques semaines auparavant, il put réceptionner sa marchandise directement au point de collecte à proximité de l’étable. Un futé ce Melchior. Car qui a envie de transporter une lourde caisse à dos de chameau? Justement.

Cette nuit-là, on pouvait écouter les plus belles mélodies de harpe sur Spotify et les bergers téléchargèrent sur YouTube une vidéo intitulée: «Les dix plus beaux cadeaux de Noël». Quant aux Rois mages, ils publièrent quelques Musical.ly et passèrent la moitié de la nuit dans le chat de groupe.

Enfin, Marie et Joseph changèrent le statut de leur page Facebook en indiquant qu’ils étaient désormais «parents» et créèrent un nouveau groupe Facebook intitulé «Joyeux Noël!»

Participez à la discussion

Read now