Un modèle de télévision amené à disparaître?
4 min

Un modèle de télévision amené à disparaître?

Stefan Nünlist

Responsable Communication d’entreprise de Swisscom, il se penche dans ses opinions sur le quotidien d’un top manager.

Stefan Nünlist, 12 octobre 2015

Il y a 25 ans, l’ancien chef de la chaîne de télévision privée RTL, Helmut Thoma, lançait une idée révolutionnaire. Au lieu de créer un programme varié qui mélange les genres autant que possible, il décidait de miser sur les «segments». Ainsi, chaque soir serait dorénavant consacré à un groupe cible, qui devrait être maintenu le plus longtemps possible devant sa télévision et sur la même chaîne. L’idée fait école. Elle donne aussi naissance à l’âge d’or du zapping: on passe d’une chaîne à l’autre, on s’arrête sur l’une d’entre elles et si un programme nous plaît, on reste. L’émission en soi perd ainsi en importance. Ce qui est alors demandé, ce sont des programmateurs habiles.



Mais depuis la mi-septembre, nous avons mis fin à cette époque. Je m’en suis réellement rendu compte à l’issue de la soirée de présentation de la nouvelle Swisscom TV 2.0. Il y aurait beaucoup à dire sur cette mise à niveau: commande vocale, 4K, jeux, séries venues tout droit des Etats-Unis – mais la plus grande révolution de toutes est sans aucun doute la plus discrète. Un nouveau «guide replay» sur l’interface utilisateur met à ma disposition les meilleures émissions des sept derniers jours, bien classées par rubriques. J’ai envie d’un documentaire? Dans le domaine de la nature? Pas de problème: sur simple pression d’un bouton, Swisscom TV 2.0 me montre tout ce qui a été diffusé et enregistré pour moi au cas où je souhaiterais le voir. Après 25 ans, l’émission revient ainsi sur le devant de la scène et relègue la chaîne au second plan.

25 ans après la révolution lancée par M. Thoma, septembre 2015 fera aussi date dans l’histoire de la télévision.

Nous connaissons tous le principe des plateformes comme YouTube ou Netflix. Ce n’est donc pas étonnant qu’on ne trouve plus de stars comme Günther Jauch sur YouTube – quizmaster, commentateur sportif et commentateur politique en un. Non, PewDiePie, Y-Titty, LeFloid et autres sont tous indissociables du format qu’ils utilisent. Ils sont à la fois une tête et un canal. Ils ne peuvent pas compter sur le fait qu’on tombe sur leur chaîne au hasard du zapping et qu’on y reste par ennui. Ils vivent des personnes qui cliquent sciemment sur leur nom. YouTube les soutient en faisant la promotion de l’innovation. Le site met par exemple à leur disposition des «Creator Spaces», des centres de production où ils reçoivent le soutien technique nécessaire pour mettre leurs idées en œuvre.



Et la télévision dans tout ça? Supertalent, 9e saison. Superstar, 11e saison. Qui veut gagner des millions?, 36e saison. Et ce bien entendu dans plusieurs pays, sur plusieurs chaînes. Il s’agit là de l’héritage de l’idée de M. Thoma: nous nous trouvons dans un cycle interminable, multiplié à n’en plus finir et pouvant être répété sans que cela ait une incidence sur les coûts. Mais justement: pour plus d’un million de foyers suisses, cette époque est révolue.



Les pays voisins ne disposent certes pas encore de Swisscom TV 2.0 avec de telles fonctions, mais cela viendra. Et, au plus tard lorsque l’Allemagne ou la France auront adopté une fonction comparable avec une portée similaire, l’époque du zapping touchera définitivement à sa fin. La marque de la chaîne passera à l’arrière-plan, et l’importance des différentes émissions redeviendra prépondérante. Nous entrerons alors dans un nouvel âge d’or où une nouvelle créativité sera demandée – une chance pour les véritables têtes créatives et innovantes. Et cela ne m’étonnerait pas que les auto-diffuseurs d’aujourd’hui, de YouTube et d’ailleurs, façonnent les nouveaux évènements télévisés de demain. La question n’est donc pas de savoir quand YouTube deviendra une chaîne de télévision, mais plutôt quand la télévision deviendra elle-même YouTube. Et pourquoi pas même un YouTube suisse?

Participez à la discussion

Zappez-vous encore ou regardez-vous déjà la télévision 2.0?

Merci beaucoup pour votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.

Lisez maintenant