5 min

10 compétences que les joueurs maîtrisent mieux

Hansjörg Honegger (texte), 5 avril 2018

Les jeux d’ordinateur et de consoles n’ont pas bonne réputation auprès de ceux qui ne jouent pas. Leur jugement à ce propos est en général péremptoire: ces jeux seraient abrutissants, insensés, addictifs et dans le pire des cas même violents. Ces préjugés ont la vie dure et il est rare que quelqu’un change d’opinion à ce sujet.

Si on se penche sérieusement sur le domaine, on se rend compte que la réalité est plus nuancée. Il y a tout de même environ deux millions de personnes en Suisse qui jouent au moins une fois par semaine à un jeu vidéo. Toutes les catégories d’âge sont représentées, mais le principal groupe-cible des studios de développement de jeux sont des hommes et des femmes entre 30 et 40 ans. Il existe entretemps autant de joueurs de plus de cinquante ans que de moins de vingt ans. Les jeux électroniques appartiennent au quotidien de beaucoup de gens qui veulent s’amuser et partager de bons moments entre ami-e-s. Cette activité ludique a de nombreux effets secondaires positifs, dont les joueurs et les joueuses bénéficient sans en être forcément conscients.

D’innombrables études indiquent que la pratique des jeux électroniques peut avoir des effets positifs. Voici dix exemples de compétences que les jeux développent de manière positive:

Les joueurs sont plus flexibles

Ceux qui s’adonnent souvent aux jeux électroniques le savent: beaucoup de jeux mettent les participants au défi de trouver des solutions créatives aux problèmes. Dans de nombreux jeux multi-joueurs, la pression est encore plus forte: la seule façon de survivre est de s’adapter constamment à de nouvelles circonstances. Ils doivent sans arrêt analyser la situation et très vite décider quelle est la stratégie la plus prometteuse. Mais à peine un peu plus tard, ils doivent déjà réévaluer les décisions prises et, le cas échéant, corriger le tir. De telles compétences valent de l’or dans la société actuelle.

Source: giphy.com

Les joueurs résistent mieux à la frustration

Les jeux vraiment difficiles sont parfois incroyablement frustrants. On échoue de manière répétée aux tâches exigées, soit parce qu’on n’a pas encore acquis les capacités nécessaires, soit parce qu’on n’a pas encore choisi la bonne stratégie. Un véritable joueur ne se sent pas pour autant frustré. Au contraire, ces difficultés le stimulent. Il ou elle persévère et n’abandonne pas, même après la vingtième tentative infructueuse. La satisfaction en sera d’autant plus grande au moment où la solution est trouvée.

Les joueurs sont sociables

Les jeux les plus populaires de tous les temps sont des jeux multi-joueurs tels que «World of Warcraft», «Eve online» ou «PUBG», un jeu qui a battu de nouveaux records en 2017. Dans tous ces jeux, il s’agit de développer un esprit d’équipe, les participants doivent se mettre d’accord sur une tactique commune et se distribuer les rôles en fonction des qualités de chacun-e. Ils doivent aussi se choisir – de manière consciente ou non – un leader et repenser constamment leur tactique.

Les joueurs savent l’anglais

La plupart des participants aux jeux multi-joueurs savent relativement bien l’anglais, car c’est la langue utilisée sur les serveurs internationaux où se réunissent les passionnés. Sans connaissances linguistiques, impossible de jouir pleinement du jeu.

Les joueurs résistent à la douleur

En tout cas dans une certaine mesure. A en croire une étude de l’American Pain Society, il semblerait que dans certaines circonstances les jeux vidéo ont autant d’effet que des médicaments. Les patients peuvent se distraire de leur douleur en focalisant leur attention sur le jeu.

Les joueurs ont une meilleure capacité d’attention

Les deux chercheurs en psychologie cognitive C. Shawn Green et Daphne Bavellier du Center for Visual Sciences de la Rochester University à New York ont examiné les effets de la pratique régulière des jeux d’action. Ils ont constaté que la durée d’attention des joueurs était sensiblement supérieure à celle des non-joueurs.

Les joueurs pilotent leurs rêves

La chercheuse du domaine des rêves Jayne Gackenbach de l’université canadienne Grant MacEwan a découvert au cours de ses travaux

que les personnes pratiquant régulièrement des jeux électroniques

pouvaient mieux piloter le contenu de leurs rêves que les non-joueurs.

Les joueurs sont de meilleurs conducteurs

La perception visuelle des joueurs est plus développée que celle des non-joueurs. Diverses études démontrent que les joueurs amplifient la sensibilité à leur environnement, ce qui améliorerait aussi la qualité de leur conduite. Une expérience de Daphné Bavelier, professeur au centre de sciences neurologiques de l’université de Genève, montre que les joueurs apprennent à conduire plus vite que les personnes ne pratiquant pas le jeu vidéo. Une contribution très édifiante au sujet des effets du jeu sur le cerveau est la conférence du professeur Bavelier sur Ted.com.

Source: giphy.com

Les joueurs ont de meilleurs résultats scolaires

 

Les joueurs apprennent non seulement plus vite à conduire (voir ci-dessus), mais il semblerait qu’ils aient aussi des facilités à l’école. La Mailman School of Public Health dépendant de la Columbia University a remarqué que les enfants s’adonnant régulièrement aux jeux vidéo obtenaient de meilleurs résultats scolaires.

Les joueurs ont de meilleurs réflexes

C’est bien sûr évident. En particulier dans les jeux de tir, où celui qui réagit trop tard est le premier à être touché. Ce type de jeux entraîne et améliore donc la capacité de réaction.

Buchtipp

Buchtipp: Gaming für Studium und Beruf – Warum wir lernen, wenn wir spielen

Im Zentrum dieses Buches stehen die Lernkompetenzen, die Gamer durch Computerspiele meist auf Expertenniveau entwickeln. Studierende reflektieren, welche Kompetenzen sie durch das Gaming, und welche sie durch das Hochschulstudium entwickelt haben. Ferner werden Lernstrategien herausgearbeitet, um diese Lern­kompetenzen für das Lernen an Hochschulen und in Unternehmen erfolgreich zu nutzen.

 

Participez à la discussion

Les jeux électroniques sont-ils véritablement utiles ou bien plutôt néfastes?

Read now