Les devoirs assistés
3 min

Les devoirs assistés

Kathrin Buholzer

La journaliste et animatrice du site Internet elternplanet.ch est mère de deux enfants et observe pour Chroniques les contraintes auxquelles nous sommes quotidiennement soumis dans notre rapport aux nouveaux médias et aux possibilités du monde numérique.Suivre l’auteure sur Youtube

Kathrin Buholzer (texte), Milan Hofstetter (illustration), 26 septembre 2017

Vous rappelez-vous encore comme beaucoup de choses étaient très compliquées en son temps? Par exemple faire rendez-vous? On devait bien réfléchir à quelle heure on souhaitait rencontrer quelqu’un, puis appeler cette personne (à l’occasion même plusieurs fois), ensuite parler avec elle et fixer l’heure et le lieu de rencontre exacts.

Ensuite, il ne fallait pas rater son train et attendre exactement à l’heure et à l’endroit convenus. Si quelqu’un avait du retard, il n’y avait qu’une solution: retourner une demi-heure plus tard au lieu de rendez-vous fixé.

Oui, autrefois les temps étaient durs quand nous ne pouvions pas encore recourir à notre smartphone, à son navigateur et à toutes ses autres fonctions si utiles!

Ou bien vous souvenez-vous encore de la manière dont nous commandions des vêtements? Avec cet épais catalogue sur les genoux? On le feuilletait pendant des heures et chaque fois qu’on voyait quelque chose qui nous plaisait, on écornait la page. Finalement, on devait inscrire chaque numéro d’article sur une carte postale, l’affranchir et la glisser dans une boîte aux lettres.

Ou bien vous rappelez-vous quand nous partions en vacances? Le pauvre passager avant devait se pencher au-dessus d’une énorme carte routière difforme. Après un détour inutile de quarante-cinq minutes, il arrivait que le conducteur et son passager ne se parlent plus pendant des heures.

Oui, autrefois les temps étaient durs quand nous ne pouvions pas encore recourir à notre smartphone, à son navigateur et à toutes ses autres fonctions utiles!

Je toussotais avant de me retirer brièvement à la salle de bain pour consulter Monsieur Google. Par la suite, j’étais en mesure de répondre aux questions de manière compétente et rapide.

C’est pourquoi récemment la question suivante m’a traversé l’esprit: comment pour l’amour du ciel est-ce que nos parents faisaient quand nous étions enfants pour nous aider à faire nos devoirs? SANS GOOGLE?

 

«Maman, c’était quoi déjà la Révolution française?»

«C’est qui ce Pythagore, tu pourrais m’aider?»

«L’âge du bronze, c’était de quand à quand?»

«Les mammouths, ils se nourrissaient de quoi au juste?»

«Tu peux m’expliquer le subjonctif?»

Lorsque nos enfants me posaient ce genre de questions, je toussotais avant de me retirer brièvement à la salle de bain pour consulter Monsieur Google. Par la suite, j’étais en mesure d’y répondre de manière compétente et rapide, comme si je connaissais moi-même toutes les réponses à ces questions…

Naturellement, il y avait aussi des tas de choses que je savais encore, j’ai quand même étudié pendant cinq ans à l’école normale. Mais franchement, sans Google, il y a beaucoup de questions de devoirs auxquelles je n’aurais pas su répondre de manière satisfaisante – et je me serais parfois passablement ridiculisée.

Mais comment faisaient nos parents quand ils devaient nous expliquer la différence entre la crue et l’étiage, le suffrage majoritaire et le suffrage proportionnel, le pôle nord et le pôle sud? Se souvenaient-ils encore parfaitement des leçons de leur enfance?

Ou bien est-ce qu’ils consultaient aussi en cachette l’encyclopédie Universalis afin de pouvoir nous donner des réponses satisfaisantes? Je n’ai aucune idée s’ils avaient eux aussi une astuce ou si tout simplement, ils avaient été plus appliqués en classe…

Participez à la discussion

Read now