Les «game stars» de l’Emmental
7 min

Les «game stars» de l’Emmental

Il est parfois plus passionnant de regarder les autres jouer que de piloter soi-même la console. Du moins quand il s’agit d’excellents joueurs, qui savent bien mettre en scène leur performance. C’est le cas du duo «Swiss Angry Noobs».

Jeux vidéo pour pros

L’e-Sport et les jeux électroniques sont des phénomènes importants de la culture pop helvétique. C’est la raison pourquoi Swisscom soutient depuis 2017 l’équipe suisse d’e-Sports mYinsanity et la Fédération Suisse de l’e-Sports avec la meilleure infrastructure et le meilleur réseau.

Le chevreuil est planté tranquillement sur la route, observe l’arrivée du visiteur nocturne avant de faire plusieurs bonds dans la haute neige jusqu’à la lisière du bois. Quelques dizaines de mètres plus loin, on aperçoit une ferme cossue dont les fenêtres émettent une lueur chaleureuse à travers la tempête de neige. C’est ici, au plus profond de l’Emmental, au-dessus de Langnau, qu’habite l’un des animateurs suisses les plus populaires du canal de streaming Twitch.

Sur la plateforme en ligne Twitch, on peut s’adonner à la passion du jeu vidéo en présence de spectateurs. Et ceci en direct et non pas en différé comme sur YouTube. Il est significatif que Florian Gerber, alias SwissMowglie, habite précisément dans un lieu qui pourrait parfaitement servir de décor à un film inspiré par l’univers rural de Gotthelf. Ses spectateurs se réunissent régulièrement le lundi et le mercredi à 19h30 devant leur PC («plus ou moins ponctuellement») pour voir jouer SwissMowglie et son partenaire NoBiggie («plus ou moins bien»). C’est un peu comme à l’époque où l’on devait encore s’installer devant le téléviseur à heure précise pour suivre le téléjournal parce qu’on ne pouvait pas regarder la télé à la demande.

Ces fans jouent un rôle bien plus important que le public des habituelles émissions de TV habitué à applaudir à la demande.

Une communauté nationale

Cet anachronisme a pourtant du succès: la plateforme de streaming Twitch reprise en 2014 par Amazon pour un petit milliard de dollars n’arrête pas de grandir. YouTube, le principal concurrent, a senti le vent tourner et propose désormais aussi un streaming en direct. Il y a pourtant une différence importante par rapport à la bonne vieille émission de télévision: les téléspectateurs prennent une part extrêmement active à l’évènement. Ils y participent en direct via un chat (écrit), où ils commentent le jeu («de manière plus ou moins critique») et y bavardent aussi sans toujours suivre en détail le déroulement des opérations. Ces fans jouent un rôle bien plus important que le public des habituelles émissions de TV habitué à applaudir à la demande. Ils prennent une part active à une véritable communauté.

En Suisse, le phénomène Twitch se trouve encore a ses débuts. SwissMowglie et NoBiggie ont fait leur début il y a environ une année sous le label «Swiss Angry Noobs» avec l’objectif de réunir simultanément 15 spectateurs sur le canal. Aujourd’hui, ils rassemblent régulièrement de 40 à 60 fans. «Chacune de nos parties enregistrées atteignent environ 200 spectateurs», explique Florian Gerber. Et le duo comptabilise bien 2000 fans abonnés à leur canal Twitch, ce qui fait d’eux de grandes carrures dans notre pays. Ils se produisent toujours en duo, ce qui est quasiment unique dans la scène où ils évoluent. «Nous avons fait notre scolarité ensemble», raconte NoBiggie, qui habite aujourd’hui Berne. «Nous nous entendons à merveille et bien sûr aussi pendant nos parties sur Twitch. Nous n’avons plus guère besoin de nous mettre d’accord, ce qui facilite énormément la tâche.»

Des passionnés du jeu vidéo

Il leur sera toutefois difficile d’atteindre une audience plus large. Leur principal obstacle est le fait que les deux Bernois diffusent leur streaming en dialecte. Cela les limite, mais leur est égal: «Nous voulons être authentiques. Si nous parlions le hochdeutsch ou l’anglais, cela ne serait plus possible», souligne Florian Gerber. L’authenticité – voilà la stratégie pour se différencier de YouTube, cette plateforme où rien ne se passe en direct, où tout est mis en scène. Florian Gerber résume la situation ainsi: «YouTube, c’est la génération de Facebook. Tout est enregistré vingt fois et seules les meilleures séquences sont diffusées. Les protagonistes se présentent sous un jour qui n’a plus grand-chose à voir avec la réalité.»

Les «Swiss Angry Noobs» s’en passent volontiers. Mieux encore: leurs erreurs, leurs crises de colère – «baby rage», comme les appelle Florian Gerber – et leurs faiblesses appartiennent intégralement à leur image, que leurs spectateurs aiment telle quelle. Ils sont vraiment marrants dans leur manière décontractée et leur façon de gérer les échecs. Cela ne les empêche pas d’être de véritables pros, qui ne manquent pas non plus d’ambition. Un coup d’œil dans leur studio le prouve: ce ne sont pas que de simples amateurs qui sont ici à l’œuvre.

Un équipement de pros

Quatre écrans, un système d’éclairage et des micros professionnels, un série de consoles avec des tas de boutons, plusieurs claviers: SwissMowglie et NoBiggie ne font pas les choses à moitié. Quant au matériel et aux logiciels, c’est la grande passion de Florian Gerber. Tout doit fonctionner, tout doit être parfait. Il gagne son argent en tant que représentant pour une entreprise de technologie médicale. Il passe ses journées à «blaguer et à conduire», selon ses propres paroles. Mais pas seulement: c’est un environnement hyper-exigeant, où il faut être ultra-sérieux, compétent et professionnel.

Florian Gerber alias SwissMowglie.

«Ce hobby dans le domaine du streaming demande beaucoup de temps », relate Florian Gerber. Ils jouent deux fois par semaine pendant trois heures en public. Les préparatifs requièrent chaque fois près d’une heure – «mais cela dépend si Windows doit réaliser une actualisation du système». La moitié du temps est consacrée à la formation et aux mises à jour des logiciels. Si on n’est pas passionné, c’est impensable. Et il faut aussi pouvoir compter sur une partenaire compréhensive, qui dans les faits ne s’intéresse nullement à ce hobby. «C’est laborieux, mais aussi très divertissant», insiste NoBiggie, qui ne souhaite pas révéler son véritable nom. Il tient à sa sphère privée. Pour lui, ce qui est clairement au premier plan, c’est le plaisir du jeu.

«Mais en prenant de l’âge, les réflexes diminuent et nous n’arrivons plus à rivaliser avec les meilleurs.»Florian Gerber alias SwissMowglie

«Tchô les potes, ça roule»? Les «Swiss Angry Noobs» sont à l’antenne. Quinze de leurs fans les attendent déjà dans le lobby. SwissMowglie et NoBiggie saluent chacun de leurs spectateurs par leurs noms, font quelques plaisanteries et bavardent via le chat qui se remplit vite de commentaires. Les deux compères jouent simultanément à «Overwatch», un jeu de tir super-rapide. Et bien qu’ils soient hautement concentrés sur leur partie, ils ne perdent jamais le chat ni leurs spectateurs des yeux. C’est un sport d’élite!

Les pannes font partie du spectacle

«Autrefois, nous étions vraiment excellents», se souvient encore Florian Gerber. Les deux jeunes hommes âgés aujourd’hui de 36 ans ont commencé de se passionner pour les jeux vidéo en l’an 2000. A l’époque, ils jouaient à «Rainbow Six» puis ils se sont mis à la série «Battlefield». «Mais en prenant de l’âge, les réflexes diminuent et nous n’arrivons plus à rivaliser avec les meilleurs.» Mais ce n’est pas si grave, car la communauté aime les deux joueurs de l’Emmental comme ils sont, c’est-à-dire avec leurs imperfections et une bonne dose d’humour et d’auto-ironie. Voilà une alternative agréable à la génération de Facebook. Et quand quelque chose va de travers, c’est une bonne occasion de rire ensemble. Les pannes font partie de l’émission. Florian Gerber raconte avec un clin d’œil qu’une fois son épouse est venue se changer dans le dressing transformé en studio alors que les caméras étaient déjà allumées. «Chouquinette, on est à l’antenne». Pas si grave, il n’y avait encore aucun spectateur.

En fait, Florian Gerber avait prévu d’arrêter au bout de trois mois son expérience sur Twitch. «Je voulais surtout aider NoBiggie à se lancer, car il est un streamer né.» Mais une année plus tard, les deux passionnés produisent toujours encore leur émission. «Aussi longtemps que nous y prenons du plaisir et surtout que notre émission plaît à nos fans, on continue», remarque NoBiggie avec un large sourire. Cela pourrait donc encore durer.

 

Participez à la discussion

Read now