Peut une smartwatch remplacer un smartphone?
9 min

Peut une smartwatch remplacer un smartphone?

Grâce à l’option Multi Device, les nouvelles Apple Watch Series 3 et Huawei Watch 2 fonctionnent de manière autonome. Cela signifie qu’elles n’ont pas besoin d’être connectées en permanence à un smartphone, contrairement aux autres montres intelligentes. Mais une montre intelligente saurait-elle pour autant remplacer le smartphone au quotidien? Swisscom Magazine a fait le test.

Lors de ma première sortie à la piscine, je remarque que cet été sera différent du précédent. Grâce à la montre intelligente, que l’on peut garder au poignet, plus besoin de se soucier sans cesse de son téléphone portable! Alors que les modèles de montre intelligente étaient jusqu’alors une simple extension limitée du smartphone, les Apple Watch Series 3 et Huawei Watch 2 peuvent également être utilisées comme des appareils autonomes avec lesquels vous pouvez téléphoner, surfer sur le net, chatter et bien plus encore.

Une prouesse rendue possible grâce à l’option Multi Device. Avec cette technologie, la carte SIM principale reste certes dans le téléphone portable, mais d’autres appareils peuvent être équipés d’une carte SIM (embedded SIM, ou carte SIM) supplémentaire utilisant le même numéro de téléphone portable. Comment s’en sortent ces montres autonomes en remplacement du smartphone? Nous avons testé l’Apple Watch Series 3 et la Huawei Watch 2 pendant une semaine en laissant notre smartphone à la maison.

Au début, cela fait drôle de sortir sans son smartphone.

Jour 1 : totalement dissocié

Il faut pouvoir prendre sur soi pour quitter la maison avec les poches vides. L’iPhone est remisé, et toutes les tâches qui lui incombent habituellement seront confiées à l’Apple Watch. Un coup d’œil à l’application météo annonce un temps clément et je cherche dans l’application de consultation des horaires le train qui partira du quai numéro 5 dans 15 minutes. Les jours où je me rends au travail en train, j’achète normalement mon billet sur mon smartphone pendant le trajet. Mais cela ne fonctionne pas avec la montre: ni l’application des CFF ni celle de la communauté des transports locale ne permet d’acheter un billet avec une montre intelligente. Pas d’autre choix, direction le distributeur de billets.

Aucun problème en revanche pour lire les actualités en ligne une fois à bord du train. Les applications d’organes de presse comme «Tages-Anzeiger», «20 Minutes» ou «NZZ» présentent les derniers articles sous forme de liste relativement lisible sur le mini-écran. La montre ne se prête toutefois pas à une lecture plus longue. La fatigue se fait à la fois sentir au niveau du bras et du doigt, qui doit sans cesse faire défiler, mais aussi des yeux braqués sur le mini-écran. Un journal gratuit qui traîne là fera l’affaire.

Jour 2 : heureusement, Siri m’accompagne toujours

La tentation est grande d’emporter l’iPhone. Mais il restera aujourd’hui encore à la maison. Au premier appel entrant, l’Apple Watch vibre au poignet et émet une sonnerie. Comme je n’ai pas les Airpods sous la main à ce moment précis, je prends l’appel directement sur la montre. Avec le poignet à hauteur du visage, la voix de l’interlocuteur émise par le haut-parleur est certes compréhensible, mais cette façon de téléphoner à la K 2000 n’est pas trop mon truc. Je décide donc d’utiliser le kit mains libres Bluetooth pour les prochains appels.

La sélection de contacts enregistrés et la composition de numéros sur le petit clavier à l’écran de la montre fonctionnent étonnamment bien, mais toutes ces manipulations seraient assurément plus confortables sur le smartphone que sur l’écran de 1,5 pouce. Je sollicite donc de plus en plus l’assistance vocale, capable de comprendre les commandes pour diverses fonctions, de sélectionner des numéros de téléphone dans le répertoire ou de rédiger des SMS sous la dictée. La Huawei Watch 2, utilisée à tour de rôle avec l’Apple Watch, maîtrise elle aussi ces mêmes fonctionnalités. Alors que l’Apple Watch ne peut être utilisée qu’avec l’iPhone, la Huawei Watch peut se connecter aussi bien aux appareils Android qu’à l’iPhone.

La commande tactile de la montre Huawei est acceptable, mais loin d’offrir le même confort que sur le téléphone portable.

Jour 3 : jogging sans poids mort

Les montres intelligentes autonomes révèlent leurs véritables atouts au moment du jogging pendant la pause déjeuner. Sans smartphone dans la poche ou sur le bras, je me sens plus libre et plus léger pour courir. Je reste néanmoins joignable, j’enregistre la course avec une application de training et j’écoute de la musique en streaming depuis Apple Music sur le réseau mobile. Pour économiser la batterie, il est toutefois recommandé de charger au préalable la musique sur la montre depuis le téléphone portable, plutôt que d’utiliser le streaming sur une période prolongée. Alors que l’Apple Watch offre 16 Go de mémoire, la Huawei Watch se contente de 4 Go. Comme le système d’exploitation et les applications préinstallées occupent près de la moitié de l’espace mémoire sur la Huawei, il ne reste qu’environ 2 Go pour les autres applications, la musique ou d’autres données. Si la mémoire disponible  était utilisée pour stocker de la musique, cela correspondrait à quelque 500 morceaux. Cette collection de musique n’est certes pas immense, mais elle devrait suffire pour les courses à pied les plus longues. Et si l’on se lasse de la musique enregistrée, il est toujours possible d’en écouter en streaming.

Je ne reçois aucun appel pendant la course en forêt, mais des vibrations au poignet m’annoncent l’arrivée de messages, d’actualités, de posts sur les réseaux sociaux et d’e-mails. Le moment ne prête pas vraiment à se soucier de cela, mais comme il suffit de tourner légèrement l’avant-bras pour voir les notifications, on est sans cesse tenté de jeter un œil aux nouveautés. Peut-être vaudrait-il mieux se passer complètement d’électronique pour faire du sport. Ou au moins régler les paramètres d’affichage des notifications de telle sorte que seules les nouveautés réellement intéressantes s’affichent sur l’écran de la montre pendant une activité sportive.

Jour 4 : navigation sur mini-écran

Ni l’Apple Watch ni la Huawei Watch ne sont plus asservies au signal GPS du téléphone portable, mais disposent de leur propre géolocalisation par satellite. Cela prend tout son sens pour la navigation. Mais comme l’écran est trop petit, je m’en remets au guidage vocal et aux vibrations au poignet. Cela fonctionne étonnamment bien. L’Apple Watch émet à deux reprises trois vibrations courtes pour «tourner à gauche». L’instruction pour «tourner à droite» se traduit par douze vibrations courtes.

La commande vocale et par vibrations offre le plus grand confort pour la navigation avec la montre Huawei.

La plupart des fonctions nécessitant une connexion Internet ne sont disponibles que lorsque l’iPhone resté à la maison est allumé et connecté au réseau. Ainsi, aucun e-mail et aucune entrée de calendrier n’arrive lorsque le téléphone portable est en mode avion. Même Siri est alors indisponible, et les messages n’arrivent sur la montre que lorsque le smartphone est rallumé. Il vaut donc mieux ne pas éteindre le téléphone portable laissé à la maison.

Jour 5 : en courses et aux fourneaux

Certaines applications sont plus commodes à utiliser sur une montre intelligente que sur téléphone portable. C’est notamment le cas de l’application de cuisine Kitchen Stories ou de la liste de courses Bring!. L’utilisation de ces applications sur montre intelligente permet de garder les mains libres pour cuisiner et faire les courses. Une fonctionnalité très pratique pour pouvoir pousser son caddie entre les rayons sans avoir à sortir sans cesse son téléphone portable pour consulter la liste de courses. Le Play Store est directement intégré sur la Huawei Watch. Cela permet de télécharger directement les applications sur la montre sans avoir à faire de détour par le smartphone.

L’application de liste de courses «Bring!» fonctionne même encore mieux sur la montre Apple que sur téléphone portable.

Jour 6 : pénurie d’électricité

Comme la batterie de la montre ne peut pas tenir toute la journée en utilisation continue, vous devrez toujours avoir sur vous un câble de charge et une batterie externe, bon gré mal gré. Il existe toutefois quelques astuces pour prolonger l’autonomie de la batterie. Il est par exemple préférable d’enregistrer la musique localement sur la montre plutôt que de l’écouter en streaming. Une fonction d’économie d’énergie est également disponible en mode d’entraînement. En association avec le smartphone, les deux batteries durent en revanche plus longtemps qu’en utilisant un seul appareil. Voilà qui plaide pour emporter les deux appareils à l’avenir.

Multi Device par Swisscom
Pour utiliser l’Apple Watch 3 ou un autre appareil supplémentaire fonctionnant avec le même numéro de téléphone portable que le smartphone, il faut souscrire à l’option Multi Device. Déjà incluse dans les abonnements inOne L et XL, cette option est également proposée pour un forfait mensuel de CHF 5.– avec les abonnements plus économiques.

Jour 7 : encore plus fort avec l’iPhone

Aujourd’hui, je prends le smartphone avec moi afin de pouvoir comparer l’utilisation de la montre avec et sans smartphone connecté. Chaque appareil peut toujours être utilisé spécifiquement selon les fonctions ou les situations pour lesquelles il est le mieux adapté. Par exemple, les cartes routières sont bien plus lisibles sur l’écran de 4,7 pouces que sur la montre bracelet. Et il suffit d’une minute pour acheter un billet de bus ou de train. Je sors bien moins souvent le smartphone de la poche, uniquement lorsque je veux lire un message entrant ou lorsque le calendrier m’avertit du prochain rendez-vous. Qui plus est, les batteries n’auront jamais eu une si bonne autonomie.

Bilan

L’Apple Watch 3 comme la Huawei Watch 2 sont de parfaits compagnons pour le sport. En revanche, au quotidien, plusieurs applications se révèlent beaucoup plus rapides et confortables à utiliser sur smartphone que sur une montre. De plus, la batterie se décharge rapidement en cas d’utilisation intensive de la montre autonome. Enfin, le smartphone permet de regarder des vidéos et des photos et de disposer en permanence d’un appareil photo et d’une lampe de poche.

Le plaisir du sport est plus pur avec une montre intelligente qu’avec un téléphone portable. Voilà l’une des conclusions après une semaine d’utilisation des montres intelligentes.

Il est en tout cas recommandé de toujours utiliser un kit mains libres Bluetooth. Il est certes également possible de téléphoner sans Airpods et consorts, mais le casque sans fil rend l’utilisation de nombreuses fonctions bien plus efficace et agréable. Les montres intelligentes autonomes ne sont pas vraiment un substitut approprié pour le quotidien, et elles n’aspirent pas à le devenir. Il s’agit plutôt d’un complément du smartphone, même si elles offrent beaucoup plus de possibilités que les anciens modèles de montre intelligente. Si elles ne se prêtent pas particulièrement à une utilisation tout au long de la journée, les montres trouvent en revanche toute leur raison d’être pour les utilisations courtes sans téléphone portable, comme pour le sport, les courses ou la natation.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 réflexions au sujet de « Peut une smartwatch remplacer un smartphone? »

  1. Pourquoi ne parle t’on pas de l’autonomie ?
    La plupart des Fit BIT ont une autonomie de près d’une semaine !

    Merci de préciser !

    1. Salut Eric, selon Apple l’Apple Watch Series 3 a une autonomie de la batterie d’environ 18h. La Huawei Watch 2 a une autonomie de plus de 2 jours, selon les propriétés produit. Meilleures salutations, Laura – pour la rédaction