Programmer est un jeu d’enfant
5 min

Programmer est un jeu d’enfant

Andreas Heer (texte), Boris Baldinger (photos), 28 février 2018

Zoé est assise sur le canapé avec un tournevis à la main. Concentrée sur sa tâche, la jeune fille de 13 ans est en train de visser la dernière paroi de «Piper». Cela fait plus d’une heure qu’elle est en train d’assembler l’ordinateur d’apprentissage au boîtier en bois de balsa. Les composants de la machine sont un processeur Raspberry Pi ainsi qu’un écran, une batterie, une souris, un haut-parleur, un joystick et une multitude de câbles.

Une heure plus tard, après le chargement de la batterie, Piper a démarré pour la première fois. La machine salue Zoé avec une interface d’utilisateur qui rappelle l’esthétique du jeu Minecraft. Ceci est voulu. En effet, avec ce mini-ordinateur, Zoé apprendra non seulement à programmer le joystick pour jouer à Minecraft, mais devra aussi raccorder les témoins LED de sorte à ce qu’ils s’illuminent lors de certaines actions du jeu.

L’écolière du degré secondaire est passionnée par sa tâche à laquelle elle se consacre pendant son temps libre. Elle s’intéresse à l’informatique et à la programmation. Les langages de programmation tels que Python exigent des bases en anglais, mais cela ne décourage pas notre novice, qui remarque en haussant les épaules: «C’est égal». Voilà une attitude qui montre bien que l’apprentissage de la programmation devrait être encouragé auprès des enfants et des jeunes.

D’après les spécialistes du domaines, l’argument principal en faveur de ce type d’enseignement est que la compréhension du fonctionnement des ordinateurs constitue une base indispensable pour réussir dans une société de plus en plus dominée par les technologies numériques. Pour initier les nouvelles générations à l’informatique, il existe d’innombrables modules de programmation et des outils d’apprentissage comme l’ordinateur Piper. Mais qu’en pensent les principaux intéressés, c’est-à-dire les jeunes eux-mêmes?

Scratch – la programmation depuis les bases

«From scratch» signifie «depuis le début». C’est l’approche adoptée par l’environnement de programmation gratuit Scratch, qui est souvent utilisé dans le cadre scolaire.

Zoé trouve Scratch cool. Quand on lui demande ce dont elle aurait besoin pour pouvoir programmer avec Scratch, sa réponse fuse: «du temps». Si vous aimeriez vous faire une idée en tant que parent des possibilités de Scratch, essayez donc de lancer un petit projet avec vos enfants!

Systèmes de programmation pour les enfants et les jeunes:

  • Scratch: il s’agit d’un système développé par l’université technologique MIT (Massachusetts Institute of Technology). Il permet aux débutants en programmation d’apprendre les bases. La tâche principale de tous les programmes de Scratch est d’animer et de faire interagir des figurines sur un terrain de jeu. Des blocs préprogrammés évitent aux utilisateurs de taper les commandes à la main. Toutes les instructions peuvent être immédiatement testées sans risque. Tout ce qu’il faut, c’est un navigateur internet doté (malheureusement) de Flash et une connexion internet.
  • Code.org: cette plateforme qui vise à stimuler la passion de l’informatique offre des cours d’informatique aux débutants. Elle se sert des personnages de «Star War» pour initier les jeunes à la programmation de leur propre galaxie. L’approche est semblable à celle de Scratch: des modules de commandes pilotent les activités des différents personnages, comme par exemples celles du robot en forme de boule BB-8.
  • Avec Open Roberta, il est possible de commander les mouvements de vrais robots tels que les Lego Mindstorms. Roberta, qui a pour but de faire naître des vocations pour les branches scientifiques (math, informatique, sciences naturelles et technologie), est une initiative du département des systèmes intelligents d’analyse et d’information de l’institut de recherche allemand Fraunhofer. Selon le même principe qu’avec Scratch ou Code.org, les enfants et les jeunes peuvent programmer des robots. Il n’est pas même nécessaire de disposer d’un robot en dur puisque toutes les étapes peuvent être simulées sur l’ordinateur. Avec un vrai robot, le jeu est toutefois plus passionnant.
  • Presque tous les jeunes de plus de dix ans connaissent Minecraft. Le jeu de blocs virtuels stimule depuis des années l’imagination de ses fans. Il est même possible de parcourir la Grande Bretagne reconstituée à partir de 83 milliards de blocs de Minecraft. Ce qui est absolument fascinant avec Minecraft est que le jeu peut être commandé au moyen d’un langage de programmation. Ceci est toutefois seulement valable pour la version originale et non pas pour la version de Windows 10, qu’on peut acquérir dans le Microsoft Store. Pour savoir comment piloter Minecraft avec le langage Python, vous pouvez suivre sur YouTube les instructions (en allemand) du formateur en informatique Tobias Hübner.

Cultiver la passion de la programmation

La passion de la programmation se nourrit d’un intérêt pour le domaine, de temps et de connaissances de base en anglais. Beaucoup de jeunes éprouvent une fascination semblable à celle de Zoé: du premier jeu sur le smartphone à une initiation en programmation, il n’y a qu’un pas. Bien sûr, les encouragements prodigués par les parents à la maison et par les enseignants à l’école sont utiles, mais pas indispensables. «J’ai vu un jeu que quelqu’un a programmé pendant ses loisirs. J’aimerais aussi accomplir quelque chose de semblable», déclare Zoé. Mais quand on lui propose de l’aider dans ce projet, elle ne se montre pas trop enthousiaste. Il est néanmoins important que les parents manifestent leur intérêt pour la thématique et qu’ils fassent des compliments à leur enfant lorsqu’il atteint des résultats.

Entretemps l’ordinateur Piper a atterri dans un coin de la chambre de Zoé. Cela ne veut pas dire qu’elle s’est «lassée» de la programmation, mais les possibilités de cet ordinateur d’apprentissage sont trop limitées. Elle s’est donc acheté un véritable ordinateur, avec lequel elle a l’intention de faire ses expériences avec Scratch, mais pas seulement. L’ordinateur portable lui sert aussi de plateforme de divertissement. Et c’est bien ainsi. Car il ne faudrait pas non plus que les jeunes consacrent chaque minute de leur temps libre à la programmation.

Participez à la discussion

Read now