Que fait votre partenaire avec son smartphone?
6 min

Que fait votre partenaire avec son smartphone?

Smartphones pour hommes et femmes

Ce que les deux sexes ont en commun? Ils adorent pianoter sur leur téléphone mobile. Vous trouvez les produits actuels chez Swisscom.

Biljana Jovic (texte), actualisé le 21 août 2016

En tant qu’homme, vous êtes-vous aussi déjà demandé pourquoi votre chère et tendre sourit de manière perfide en écrivant des messages? Et bien, laissez tomber votre paranoïa, il n’y a personne d’autre dans sa vie. «Chéri, qu’est-ce que tu fais?», lui demandez-vous. «Rien», dit-elle. Cette réponse laconique est lourde de signification. Surtout chez les femmes.

Que fait le ou la partenaire quand il ou elle pianote sur son smartphone? (Photo: Fotolia)

CE QUI LA MOTIVE

Cher Monsieur, la situation est bien pire que vous ne l’imaginez. Il est fort possible que dans ce message, il soit question de vous. Les dames emploient leur smartphone pour médire, pour commérer, comme exutoire à leur insatisfaction et pour se concerter avec leurs amies. Dialogue possible sur WhatsApp: «Il m’agace», écrit-elle. «Pourquoi?», rétorque son amie. «Il ne remarque même pas que je suis fâchée.» La réaction approbative de son amie ne se fait pas attendre: «Il pourrait vraiment être plus attentif.» «Haha, je sais. Toi au moins, tu me comprends.» Cela s’appelle du commérage en temps réel, pendant que Monsieur est affalé dans le canapé, l’air penaud. Les femmes sont des êtres communicatifs, qui emploient surtout le mobile pour stimuler leurs interactions sociales et pour se divertir. C’est du moins ce qui est ressorti d’une étude allemande. Du fait de ces échanges très fréquents, elles sont plus exposées que les hommes au risque d’addiction au smartphone.

WhatsApp propose aussi des chats de groupes. Qu’il s’agit en l’occurrence d’une transgression de la sphère privée de la personne concernée est indubitable.

Une de mes amies a récemment fait la connaissance d’un homme sur Tinder. Tinder est cette app de drague où il s’agit de «swiper» les candidat-e-s selon l’attirance. On peut en penser ce qu’on veut, mais l’amour au temps de la digitalisation emprunte également le canal du smartphone. Il était tellement cool, elle avait très envie de le rencontrer. Et je lui ai demandé pourquoi il était si cool. La première impression était bonne, me dit-elle. C’est un beau mec et en plus, il a de la répartie. La discussion aurait pu en rester là si elle ne m’avait pas envoyé une capture d’écran, c’est-à-dire une copie des échanges qu’elle avait eus avec lui sur WhatsApp. Effectivement, il ne manquait pas de répartie. Mais plus d’un homme pourrait être maintenant consterné par la manière cavalière, dont cette amie traite des informations privées. On trouve toujours pire? Naturellement. WhatsApp propose aussi des chats de groupes. Qu’il s’agit en l’occurrence d’une transgression de la sphère privée de la personne concernée est indubitable.

Capture d’écran de WhatsApp envoyée à une amie: les femmes exposent volontiers l’intimité de leurs conversations avec leur partenaire.

Outre ses fonctions de communication, la moitié des femmes utilisent aussi les possibilités de divertissement de leur mobile. Elles écoutent ainsi par exemple de la musique sur les services de streaming comme Spotify ou regardent des vidéos sur YouTube. Cette plateforme audiovisuelle américaine réunit non seulement une myriade de vidéos musicales, mais aussi un grand choix de vidéos à vocation didactique: des bons conseils de maquillage aux cours de mathématiques. Il semblerait que globalement les femmes gaspillent moins de temps avec leur smartphone que le sexe fort, encore faudrait-il s’entendre sur le concept fort relatif de gaspillage.

CE QUI LE MOTIVE

L’un de mes amis fait des sorties dans la nature avec son amie quand ils ont congé. Pour l’amadouer à se joindre à ses escapades, il lui parle de faire des promenades, alors qu’il s’agit en réalité de randonnées pour sportifs invétérés, au cours desquelles elle le suit péniblement en pendant la langue.

C’est un parfait moment d’harmonie dans le couple. Et soudain, il dégaine son smartphone et l’écran s’illumine.

Une fois arrivés à destination, les deux sont heureux du chemin parcouru, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est féerique: rien que les deux, la nature et la voûte céleste. C’est un parfait moment d’harmonie dans le couple. Et soudain, il dégaine son smartphone et l’écran s’illumine. «Tu vois», lui dit-il fièrement, «6.17 kilomètres, c’est-à-dire 8943 pas. Nous avons aujourd’hui presque atteint la marque des 10’000.» Pédomètre est le nom de son app qui compte les pas, mesure la distance et le temps du parcours. Il adore ces gadgets techniques permettant de mesure ses performances. Elle n’arrive pas vraiment à comprendre ce qu’il trouve de tellement exaltant à ce monitorage des moindres mouvements.

Les hommes adorent les apps qui mesurent leurs performances. Ils veulent gagner!
(Photo: shutterstock.com/Luis Molinero)

Les hommes, les vrais, cherchent à gagner. Leur but, c’est de vaincre leur opposant et de brandir leur trophée devant une assistance admirative ou de monter sur le podium. Ou pour l’exprimer en des termes répondant à des critères journalistiques: les hommes aiment bien mesurer leurs performances (sportives). Et d’autant plus, quand ils peuvent le faire de manière ludique à l’aide d’une application, en manipulant des boutons et des curseurs. Ces dispositifs sont tout à fait en adéquation avec la passion des hommes pour la technique et, si on remonte un peu dans le temps, pour les activités manuelles de force brute. Certes, tout cela paraît très stéréotypé, mais n’ayons pas peur des clichés. Oui, l’enfant qui sommeille en chaque homme veut jouer. Et les jeux peuvent être téléchargés sur n’importe quelle plateforme d’apps: du scrabble pour les intellos aux jeux de combats pour les junkies de l’adrénaline en passant par le bon vieux Tetris pour les nostalgiques. Chaque nouveau palier atteint anime bien sûr le joueur à poursuivre sa course.

En plus des fonctions de téléphonie et de messagerie comme WhatsApp, le sexe fort apprécie aussi le côté pratique de son mobile.  

«Chéri, il fera quel temps demain?», s’enquiert la femme et l’homme a sa réponse toute prête. Autrefois, il regardait les nuages dans le ciel, plus tard, il consultait le journal, puis le Teletext et maintenant il active sur son smartphone des apps omniscientes comme AccuWeather, qui sont capables de prédire des heures à l’avance la température, le taux d’humidité de l’air et le risque de précipitations. En plus des fonctions de téléphonie et de messagerie comme WhatsApp, le sexe fort apprécie aussi le côté pratique de son mobile. Ainsi, les dictionnaires, les encyclopédies et les systèmes de navigation ont le vent en poupe. Il semblerait que globalement les hommes gaspillent moins de temps avec leur smartphone que le sexe faible, encore faudrait-il s’entendre sur le concept fort relatif de gaspillage.

Participez à la discussion

Et vous, comment utilisez-vous votre smartphone au quotidien?

Read now