Agriculture intelligente: utilisation d’engrais et irrigation ciblées avec des drones et le réseau 5G.
3 min

Bon repas, bonne conscience

Rubrique: ce qu’attend Matthias Jungen, 5G Innovations Manager, du réseau 5G à la ferme et à côté de la ferme.

Pour bien profiter d’un repas, je préfère utiliser des produits locaux que j’achète directement auprès du producteur ou au marché. Le goût de fruits et de légumes mûrs est en effet plus intense. Je fais davantage confiance aux denrées alimentaires lorsque je connais les producteurs. Et les émissions de CO2 sont plus basses grâce à des itinéraires de transport plus court. Pour des raisons pratiques, il m’arrive toutefois d’acheter des produits dans une grande surface lorsque je reviens du travail ou sur Internet. Je renonce alors aux avantages locaux.

L’agriculture intelligente rend les paysans et les consommateurs heureux

Je suis probablement un consommateur moderne relativement typique. De telles exigences ne facilitent pourtant pas la vie des agriculteurs. La pression sur les marges et la pression concurrentielle sont énormes dans l’agriculture. J’aimerais bien que les paysans puissent y réagir. Mais cela n’est possible qu’avec des techniques modernes qui réduisent les coûts de production et qui simplifient la distribution directe.

Agriculture intelligente

Des technologies telles que des capteurs IoT permettent d’analyser et de gérer précisément les champs. À titre d’exemple, les capteurs peuvent mesurer l’humidité ou la teneur en azote du sol. Des caméras détectent les mauvaises herbes et les maladies. Ces informations détaillées permettent aux agriculteurs d’utiliser des engrais, des herbicides, des pesticides et d’irriguer de manière ciblée dans les endroits où ces outils sont nécessaires. L’agriculture intelligente contribue ainsi à une gestion efficace qui réduit les coûts et ménage l’environnement.

Lorsqu’un champ est muni pour la première fois de capteurs, l’irrigation et l’utilisation d’engrais et de produits phytosanitaires peuvent être optimisées. Par l’intermédiaire d’un réseau 5G, les capteurs signalent par exemple que la teneur en azote est trop basse dans un coin du champ alors qu’un autre coin est trop sec ou qu’il souffre d’une infestation de parasites. L’agriculteur peut alors engraisser ou irriguer ces endroits de manière ciblée ou lutter contre les parasites, si bien qu’il économise de l’eau, de l’engrais et des produits phytosanitaires, et qu’il réduit ainsi ses dépenses. Je commande alors en toute commodité les fruits et les légumes mûrs dans la boutique en ligne du paysan.

Des drones livrent les tomates

Si je continue de réfléchir, je discerne encore d’autres possibilités d’optimisation. Au lieu de pesticides, des robots agricoles qui détecteraient et arracheraient les mauvaises herbes seraient utilisés. La nature s’en réjouirait car les eaux souterraines seraient moins polluées. Le bien-être des animaux peut lui aussi être amélioré. Des drones équipés de caméras thermiques pourraient identifier des faons avant la moisson. La consommation d’eau serait précisément dosée, quelle que soit la température en été. Des robots et des drones se déplaceraient de manière autonome et communiqueraient sans délai sur le réseau 5G.

Et si j’imagine qu’un drone de transport 5G solaire plutôt qu’un camion m’apporte mes tomates fraîches en ville directement depuis la ferme, je fais non seulement plaisir à mes papilles mais j’ai bonne conscience!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lisez maintenant