Lorsque les tâches ménagères se font toutes seules
5 min

Lorsque les tâches ménagères se font toutes seules

Rubrique: ce qu’attend Matthias Jungen, 5G Innovations Manager, du réseau 5G dans le foyer.

Ma conjointe et moi-même travaillons tous les deux. Nous n’avons le temps de nous occuper de notre foyer que le week-end. En plus de toutes les autres activités que nous prévoyons. Mais honnêtement, tout le reste compte plus à mes yeux que faire le ménage. Nous avons bien sûr des appareils qui nous soulagent des tâches domestiques. Un lave-vaisselle ou un lave-linge par exemple, comme dans la plupart des foyers suisses. Mais nous n’avons pas d’aspirateur robotisé. Nous en avions un par le passé, mais il n’arrivait jamais à passer le pas de la porte et il était relativement bête. Il essayait tout le temps d’avaler nos câbles et restait coincé dans un coin.

Des robots humanoïdes

Par rapport aux robots de l’industrie et des services, les robots humanoïdes s’inspirent des êtres humains. Ils nous ressemblent aussi bien dans leur apparence que dans leur façon de bouger. Ils se déplacent la plupart du temps sur deux jambes et nous parlent dans notre langue. En fonction du degré de développement, ils peuvent d’ores et déjà courir, attraper un ballon, jouer du violon ou servir des boissons. Un robot humanoïde qu’on rencontre souvent s’appelle Pepper, mais la vedette des robots humanoïdes s’appelle Sophia.

Lorsque je me tiens debout dans ma salle de séjour avec mon aspirateur un samedi, je me dis que ce serait génial d’avoir de vrais robots domestiques. Des robots humanoïdes qui franchiraient non seulement d’eux-mêmes n’importe quel seuil mais qui auraient aussi l’air sympathique et qui pourraient interagir avec les humains. Je baptiserais mon robot domestique Charlie, en hommage à Charlie Chaplin dans «Les temps modernes», qui m’a fait rire lorsque j’étais petit.

Une soirée dans un appartement propre

Alors que nous planchons sur des tableaux Excel (ou autre) au travail, le linge bouillonne dans la machine. Charlie s’occupe des couleurs. Grâce à ses yeux qui sont en fait des capteurs, il est capable de trier par couleurs. Et comme tous les appareils ménagers communiquent entre eux par la 5G, notre robot sait précisément quand la lessive est terminée. Je concède que regrouper les chaussettes par paires lui pose encore quelques problèmes car sa motricité ne suit pas encore. Surtout si une chaussette se perd dans la lessive. Mais grâce à l’interconnexion, Charlie apprend en ligne à maîtriser des prises délicates grâce à d’autres robots. Il peut ainsi augmenter de lui-même ses connaissances.

Lorsque nous rentrons le soir, l’appartement est nickel et la cuisine est rangée. Comme mon smartphone a indiqué à Charlie l’heure à laquelle j’arrive chez moi en bus, il m’accueille à la porte. J’ai presque envie de lui faire la bise. Mais ce serait aller un peu trop loin.

À la place, je vais dans la cuisine et je commence à cuisiner. J’aime trop cuisiner pour laisser un robot le faire à ma place, même s’il saurait mieux que moi quels aliments s’approchent le plus de leur date limite de consommation dans les placards et dans le frigo.

Un drone livreur de colis qui apporte des denrées alimentaires fraîches

Je serais déjà satisfait si un robot domestique me soulageait des tâches pénibles. Mais à bien y réfléchir, un Charlie pourrait en faire bien plus pour moi. Il est non seulement connecté à mes appareils ménagers, mais il est aussi relié au drone livreur de colis qui apporte des denrées alimentaires fraîches que Charlie a commandées chez le producteur. Il garnit le frigo de beaucoup de légumes, quelque chose que je lui ai demandé de faire. Le robot domestique résout finalement le problème selon lequel le frigo sait certes commander de lui-même les produits manquants mais qu’il est incapable de les placer à l’intérieur.

À l’heure actuelle, au printemps, beaucoup de poussière et de pollen se sont accumulés. Et si le soleil se met à illuminer les pièces… Ah oui, il faut encore nettoyer les fenêtres ce week-end. Le robot intelligent serait déjà très pratique pour cela. Il a discuté avec ses collègues en ligne et a déterminé que 62,3% d’entre eux nettoieront eux aussi les fenêtres demain dans un rayon de 100 km à la ronde, c’est donc la journée idéale pour cette tâche.

L’intelligence collective sauve le verre d’eau

Un Charlie s’avérerait aussi très pratique pour de simples travaux de réparation. Il me manque parfois une troisième main. L’anse d’une tasse s’est cassée récemment. Une pièce unique que j’ai moi-même modelée. Elle n’est pas belle mais j’en garde un bon souvenir, un cadeau de mon filleul. Charlie me prête aussi main-forte en cas d’accidents domestiques non spectaculaires. L’un tient, l’autre colle. Les robots parleront entre eux et ils apprendront en un clin d’œil ce que nous mettrions des années à acquérir. Et je suis sûr que Charlie ne confondra pas mon doigt avec l’anse et qu’il ne mettra pas trop de colle car il a calculé la quantité exacte requise.

Et en songeant et en gesticulant, je renverse le verre d’eau sur la table. Si Charlie était là, il l’aurait rattrapé. Il aurait détecté mes mouvements maladroits grâce à l’intelligence collective et au rapide réseau 5G et aurait sauvé le verre avant qu’il ne se brise en mille morceaux. Est-ce que ce n’est que quelque chose de pratique ou est-ce déjà une forme de tutelle? Dans quelle mesure les robots doivent-ils agir de manière autonome et aider les humains à vivre leur vie? Je suis persuadé que nous aurons réglé de telles questions d’éthique d’ici à ce que Charlie soit mûr en grandes séries. Mais qu’est-ce que je devrais faire à manger?

Je me réjouis de la 5G qui permettra de faire beaucoup de choses qui sont actuellement impensables!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une réflexion au sujet de « Lorsque les tâches ménagères se font toutes seules »

  1. Bonjour
    Bienvenue au monde des fous. Aujourd’hui c’est encore l’aspirateur robotisé qui est relativement bête, demain c’est l’humain qui deviendra très bête. Mais ou vas-t-on ? Oui en effet c’est magnifique les deux conjoints travaillent à 100% (En 1990 un seul suffisait pour nourrir une famille) et ont plus le temps de s’occuper de la vraie vie qui est nourriture, vivre sainement et proche de la nature. Ça fait des années qu’on nous promet avec des nouvelles technologies plus de temps libre. Que-ce qui est arrivée ? Nous avons une vie remplie de stresse et nous devons toujours travaillez davantage pour garder notre niveau de vie. Mais peut-être la 5G pourras dormir pour nous ainsi on peut travailler 24/24h ?? Il y 15 jours une nouvelle statistique est sortie des rasions du stress. On n’a jamais été autant stresser en suisse.
    1ére place tien le stress au travail et 2éme place « d’être toujours connecté ». Et on sait le stresse est un facteur important pour des maladies. Imaginer vous qu’on est en permanence au courant de l’état du remplissage du frigo, de la température exacte du chauffage, quel informations inutiles et stressant en plus car même si un robot fait le boulot pour moi j’y pense à cela et je serais aviser. On as pas assez avec les centaines de mail et SMS par jours à régler et les 36 applications à vérifier par jour ?

    De plus la communauté des états as convenue à paris en 2015 de réduire la consommation d’énergie du au CO2. Et maintenant on installe encore d’avantage d’objets nécessitant de l’électricité en sachant qu’aujourd’hui Internet utilise déjà 20% de l’énergie nécessaire totale en suisse. Autre question : Et si il y a coupure courant ? Est-ce que vous êtes demandé si on a assez de capacité ? Vous dites toujours vous répondez à la demande du client, mais est-ce que vous êtes allé au bout de votre pensés de l’infrastructure ? Car quand l’humain seras bête il ne saura plus rien faire et tous ces gadgets « intelligents » ne pourront pas nous aider.

    Je n’en parle même pas de nombrables preuves qui existent de la nocivité des réseaux, pour la nature, l’être humain et aussi de notre vie sociale…

Lisez maintenant