Ces personnes nous amènent la 5G
5 min

Ces personnes nous amènent la 5G

Elles trouvent des réponses à des questions hautement complexes. Elles s’engagent avec passion et savoir pour la génération la plus moderne de réseau. Nous vous présentons les quatre personnes qui permettent d’avoir la 5G en Suisse. 

L’objectif s’appelle 5G. Mais la voie pour y parvenir? Inconnue. Telle était la situation de départ pour de nombreux ingénieurs, spécialistes du réseau et experts en sécurité de Swisscom, dont Barbara Pytlik, Lorant Lazin, Gabor Szabo et Simon Ming. Tous travaillent depuis plus de deux ans sur la 5G. 

Ils ont fait construire de nouvelles antennes et équiper les antennes existantes, assuré la sécurité et la fiabilité sur le réseau, et développé de nouveaux produits et prestations qui ont rendu la 5G possible. Ils racontent ici pourquoi la 5G les fascine, quels obstacles ils ont dû surmonter dans leur quête d’un Internet plus rapide, et quelles options offre cette nouvelle technologie. 

«La 5G ouvrira de nombreuses possibilités»

Barbara Pytlik, responsable produit, appareils 5G
Barbara Pytlik

«J’aimerais que nous puissions déjà proposer la 5G avec toutes les fonctions. Mais nous n’y sommes pas encore. Pour moi, la vente du premier smartphone 5G d’Europe le 1er mai 2019, dans un Swisscom Shop, fut un temps fort. Mon équipe et moi-même travaillons afin que les clients puissent à l’avenir bénéficier au mieux de la nouvelle technologie – sur leurs smartphones et ordinateurs, via les hotspots mobiles ou dans la réalité virtuelle. C’est pourquoi nous collaborons étroitement avec les producteurs de terminaux. Je suis fascinée par les opportunités offertes par la 5G: la 2G a permis la téléphonie mobile, la 3G la navigation et le téléchargement de contenus, et la 4G l’accès au streaming, à la visiophonie et aux réseaux sociaux. Désormais, avec la 5G, le réseau devient encore plus flexible. Je suis convaincue qu’elle changera la vie publique et professionnelle et ouvrira une foule de nouvelles possibilités. Je suis fière d’avoir participé à cette évolution dès le début.» 

«Le prochain défi n’est jamais loin»

Gabor Szabo, ingénieur de test
Gabor Szabo

«C’est absolument passionnant de travailler à la pointe de la nouvelle technologie 5G et d’être parmi les premiers à l’introduire au niveau mondial. Je suis fier d’avoir contribué de manière décisive à cette avancée technique. Je teste et mets en œuvre le matériel et les logiciels 5G et suis responsable de la qualité des services de réseau 5G. Pour nous, pionniers, le prochain défi n’est jamais loin. Je me souviens: en novembre 2018, nous avons pu passer le premier appel téléphonique en utilisant le réseau Swisscom – avec un prototype de smartphone venu de Californie. Il s’agissait de la première connexion mobile 5G avec une bande de 3,5 GHz. Un véritable cap! Même les premières démonstrations haut débit avec un smartphone déjà sur le marché furent fascinantes. La 5G permettra de gérer encore plus efficacement le trafic de données. D’autant plus que les normes de téléphonie mobile 2G, 3G et 4G sont de plus en plus saturées.»

«Nous créons la base pour un nouvel écosystème»

Lorant Lazin, DevOps Engineer IV, Mobile Experience Access
Lorant Lazin

«Avec la 5G, nous créons la base pour un nouvel ‹écosystème›. De nombreuses d’applications différentes pourront y fonctionner ensemble et fournir ainsi de nouvelles opportunités. Cela présuppose toutefois l’existence d’un réseau permettant de transmettre les données avec sécurité et fiabilité. Telle est ma mission: je vérifie et optimise le réseau, mesure les valeurs de transmission et teste si les nouvelles fonctionnalités du logiciel marchent. Il fut intéressant d’assister à l’avancée du projet étape par étape: il a d’abord fallu trouver les emplacements pour les antennes, les construire et les activer. L’établissement de la première connexion 5G fut ensuite un moment incroyable pour mon équipe et moi-même. Notre travail jusque là théorique est devenu tangible. L’objectif est atteint par une foule de petites étapes de travail et j’ai un avant-goût toujours plus concret de ce que sera l’avenir avec les nouvelles technologies. Je me réjouis énormément à l’idée que notre vision de la 5G devienne bientôt une réalité.»

«Je suis fasciné par l’efficacité de la 5G»

Simon Ming, responsable de projets
Simon Ming

«Mon équipe et moi-même bâtissons le réseau pour la 5G. Je bâtis ainsi un pont entre la planification théorique et les nombreuses applications réelles qui verront le jour. Pour moi, un moment de succès personnel fut lorsque, en mars 2019, nous avions enfin construit suffisamment d’antennes pour pouvoir exploiter efficacement la 5G. Le parcours pour y parvenir ne fut pas simple. Les personnes concernées s’inquiètent de l’intensité du rayonnement. Cela donne lieu à des rumeurs qui se transforment en vérités prétendues. C’est pourquoi il n’a pas toujours été simple d’obtenir les autorisations pour la construction des antennes. Pourtant, les faits sont clairs en matière d’intensité du rayonnement: il n’est pas plus important pour la 5G que pour la 4G. La différence: la performance de la 5G excède celle de tous ses prédécesseurs, car elle est plus efficace – et non parce qu’elle rayonne davantage. C’est aussi ce qui me fascine: à quel point la technologie fonctionne efficacement. Je crois que la 5G offrira de nombreuses nouvelles possibilités d’innovations, auxquelles nous ne pensons absolument pas pour l’instant.»

Le meilleur réseau. Avec désormais la 5G.

Le meilleur réseau a désormais encore plus de capacités. La 5G est plus rapide, plus fiable et plus performante que toutes les autres. Cela ouvre de nouvelles opportunités. Pour le vivre-ensemble. Pour l’économie. Pour la Suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 réflexions au sujet de « Ces personnes nous amènent la 5G »

  1. SCANDALEUX…et le groupe de travail n’a pas encore publié ces résultats!
    Selon l’IEEE (Spectrum 24.07.2019), « Une station de base 5G devrait généralement consommer environ trois fois plus d’énergie qu’une station de base 4G. Et il faut davantage de stations de base 5G pour couvrir la même zone. Comment la 5G s’est-elle retrouvée dans un tel gâchis potentiellement énergivore ? L’OFDM joue un rôle important. Les données sont transmises à l’aide du procédé de modulation « OFDM » en coupant les données en portions et en envoyant les portions simultanément et à différentes fréquences de sorte que les portions soient « orthogonales » (c’est-à-dire qu’elles n’interfèrent pas les unes avec les autres). » Le rapport « puissance de crête » sur « puissance moyenne » (PAPR) de l’OFDM est élevé. En général, les portions orthogonales d’un signal OFDM fournissent de l’énergie de façon constructive, c’est-à-dire que la qualité même qui empêche les signaux de s’annuler mutuellement empêche également l’énergie de chaque portion d’annuler l’énergie des autres portions. Cela signifie que n’importe quel récepteur doit être capable d’absorber beaucoup d’énergie à la fois, et n’importe quel émetteur doit être capable d’émettre beaucoup d’énergie à la fois. Ces instances à haute énergie causent le PAPR élevé de l’OFDM et rendent la méthode moins économe en énergie que d’autres schémas de codage. »

    1. Cher Monsieur Suter

      Voilà la réponse de notres specialistes: Le principe de modulation OFDM est également utilisé par la 4G, le WI-FI et le DAB. De ce point de vue les critiques mentionnées dans l’article dans le IEEE (PPAR) ne s’appliquent pas seulement à 5G. L’article mentionne cependant également d’autres effet que vous oubliez de mentionner. Ainsi la consommation d’énergie pendant les périodes durant lesquelles le système n’est pas utilisé peut considérablement être réduit (facteur 9, cf. https://ieeexplore.ieee.org/document/8746600). De plus, la technologie des antennes adaptives (Massive MIMO) a un grand potentiel de réduire la consommation d’énergie (cf. aussi https://spectrum.ieee.org/energywise/telecom/wireless/will-increased-energy-consumption-be-the-achilles-heel-of-5g-networks). Avec les antennes adaptives on peut également économiser de l’énergie car on a plus besoin de passer le signal de radiofréquences dans un câble HF jusqu’à l’antenne. Dans ces câbles une grande perte de signal (et avec cela aussi d’énergie) est observée. Etant donné que le signal radiofréquences est directement produit dans l’antenne adaptive pas mal de courant peut être économisé avec des antennes adaptives.
      Du à ces propriété, la 5G va pouvoir transmettre les signaux bien plus efficacement que les technologies précédentes. Notons également que la première hardware d’une nouvelle technologie n’est pas aussi efficace que le hardware de la technologie précédente qui a pu être optimisé pendant 10 ans. Mais le potentiel de réduction de consommation est plus grand pour la 5G.
      Finalement, les réseaux de Swisscom utilisent 100% d’énergie renouvelable et les technologies ICT contribuent également à une société plus efficace et moins gourmande en énergie.

      Pour la rédaction: Andreas Heer

  2. Surtout pas. Ont en as pas besoin. Les fréquences radio supérieur à 600Mhz, deviennent dangereuses pour la santé, voire mortels, si elles dépassent les 3Ghz. Et cette 5G, c’est comme son nom l’indique, du 5 Gigahertz. C’est aussi l’aide que les suisses, égocentriques, peuvent apporter à la NSA et toutes les oreilles administratives du monde, qui nous écoutent en permanence, de suivre les bagnoles, de les diriger, de limiter leur déplacement, de déceler nos cartes de crédits et passeport biométrique. Bref, le plus complexe réseau de surveillance administrative du nouvel ordre mondial ! Je refuse catégoriquement, car la fibre optique est nettement supérieur, et c’est d’autant plus difficile aux services d’écoutes, genre NSA, d’intercepter nos communications ! Donc, défendons nos droit à ne pas devenir des cancéreux avant la mort. Je vous conseil une expérience, qui vous coutera 25 œufs frais et un téléphone placé au dessus du carton carré, ou il y aura 5×5 œufs, à 30cm de haut. et pendant une semaine, laissé votre téléphone ouvert, en charge permanent. Ensuite, cassé les coquilles des œufs, en commençant par le bord, jusqu’au centre. et vous verrez ce qui se passe, avec du 800-900Mhz et du 1,8-1,9Ghz (1800-1900Mhz). Bonne chance.

  3. Surtout pas ! Ont n’a pas besoin de cette technologie tueuse et hautement cancérigère. Pour ceux qui ne savent pas, les fréquences radio supérieur à 600 Mégahetz deviennent dangereuses pour la santé. Donc, le 840-960Mhz le sont plus, ensuite le 1,8-1,9Ghz (1800-1900Mhz), sont d’un niveau supérieur de dangerosité, donc imaginez les 5-6Ghz. Je vous conseil une petite expérience, qui vous coutera 25 œufs frais. et le carton carré, pour installer les 5×5 œufs. Du fil de fer. Formez une pyramide d’environ 30-35cm de haut, et déposez un GSM à plat, sur le haut de la pyramide, dont la pointe sera aplatie pour déposer le GSM en position allumé, et accordé au chargeur, et ce durant une semaine. Ensuite vous cassez les œufs en partant des bords jusqu’au centre. et vous pourrez voir la tronche des œufs. Imaginez que votre cerveau est plus sensible qu’un œufs. Donc maintenant, imaginez l’éléctrosmog de votre cerveau avec de fréquences radio de 5-6Ghz (5000-6000Mhz). D’autant plus que la fibres optiques est de qualité supérieur, pour beaucoup de choses, notamment la téléphonie mobile. Internet et bien d’autres choses. Donc, cette technologie 5G qui va tout contrôler, nos déplacements, nos bagnoles, nos cartes de crédits, passeports biométrique, achats alimentaires etc.… Bonne chance à nos générations futures.

    1. Cher Monsieur
      Voilà la réponse de notres specialistes: Les fréquences supérieures à 3 GHZ sont utilisées techniquement depuis des décennies et nous vieillissons de plus en plus…. En outre, les fréquences de la lumière du soleil (qui est physiquement aussi rayonnement électromagnétique) sont plus élevées par des facteurs que 3GHz. Selon les connaissances établies, les champs électromagnétiques deviennent dangereux s’ils contiennent suffisamment d’énergie pour modifier les éléments constitutifs de la matière tels que les atomes et les molécules (on parle alors de rayonnement ionisant). Ce seuil se situe au niveau de la portion d’ondes courtes de la lumière du soleil (dans la gamme des UV). Et ici nous rencontrons une fréquence d’environ 750.000.000.000 mégahertz. A vos remarques ultérieures concernant la surveillance totale, nous nous abstenons de répondre, puisque ces hypothèses sous le mot-clé « théories de conspiration » ont déjà été écrites en grande partie.

      Pour la rédaction: Andreas Heer

      (Traduction automatique)

  4. Aucun intérêt pour la 5G et les futurs gadgets inutiles connectés. Le vrai danger c’est l’atteinte à la vie privée. J’ai testé on vit beaucoup mieux sans téléphone portable, smartphone et autres stupidités. En conséquence, je ne remercie pas ces cinq personnes…

  5. Avant d’ installer la 5G, étudier l’endroit où l’ installer.
    Nous avons la 4G dans le galetas d’un locatif depuis 10 ans et nous logeons juste en dessous. Les personnes dans ces appartements souffrent de douleurs , maux de tête, douleurs des tri-jumeaux, étourdissements douleurs des nerfs, etc. nous avons demandé d’isoler avec des silenblocs, mais peine perdue, personne nous écoute et ne nous croit. de plus les bruits solidiens se propagent dans tout l’ immeuble. Et cela nuits et jours !!!
    que ce passera t’il avec toutes ces antennes ???? Vive les jeunes qui souffrirons bien avant la retraite….

Lisez maintenant