Vache munie d’un géolocalisateur IoT
6 min

Un géolocalisateur pour la vache Crocus

Treize vaches portent depuis peu un géolocalisateur IoT autour du cou sur l’alpage de Funtauna. Une expérience qui montre comment un alpage grison peut bénéficier des avantages de l’Internet des objets.

Environ 200 paissent sur l’alpage de Funtauna, au-dessus de Chapella, dans la Haute-Engadine. Elles profitent des herbes alpines épicées et du bel été en montagne. Mais la météo n’est pas toujours aussi clémente qu’aujourd’hui. Il arrive que du brouillard ou un puissant orage se manifeste inopinément. Les deux bergers ont alors fort à faire pour garder un œil sur le troupeau. C’est pourquoi de nombreuses vaches portent une cloche sur l’alpage de Funtauna Elles permettent de retrouver les vaches. Depuis cet été, treize vaches portent en plus un géolocalisateur attaché à leur collier. Grâce à lui, il est encore plus facile de les repérer.

Une expérience menée dans les Alpes grisonnes

Projet pilote dans l’Engadine

Le projet pilote LPN sur l’alpage de Funtauna est réalisé conjointement par Swisscom et par adnexo. La start-up zurichoise fournit gratuitement le géolocalisateur de vache. Ceux qui le souhaitent peuvent observer les vaches d’Andri Marugg en ligne:

Plus sur le project

Andri Marugg est agriculteur à Zuoz et n’a pas peur d’essayer des nouveautés. C’est pourquoi il s’est tout de suite déclaré prêt lorsqu’une connaissance lui a proposé de localiser ses vaches à l’aide de la dernière technologie. «J’ai trouvé l’idée intéressante», se souvient Marugg. «Nous ne savons pas encore si elle portera de nombreux fruits. Je considère cela comme une expérience.» Marugg a 32 vaches sur l’alpage de Funtauna. Depuis juillet, environ la moitié d’entre elles sont équipées d’un géolocalisateur. Le jeune agriculteur voit constamment sur son portable où se trouvent ses vaches. Le berger peut ainsi suivre ses vaches, dès lors qu’il dispose d’une réception mobile.

LPN en montagne

Mais il n’y a pas de réception sur l’alpage de Funtauna. Ceux qui veulent téléphoner doivent d’abord faire une ascension de dix minutes. Un échange de données sur Internet est toutefois nécessaire pour localiser les vaches. C’est pourquoi Swisscom a installé un Low Power Network (LPN), un réseau pour l’Internet des objets, sur l’alpage. Sur la montagne, une gateway est installée là où il existe encore une connexion mobile. Ce boîtier est plus petit qu’une boîte à chaussures et est alimenté par l’énergie solaire. Il absorbe le signal de téléphonie mobile et émet un signal LPN. Les géolocalisateurs de vaches envoient un signal à la gateway toutes les heures. Cette dernière transmet les informations par l’intermédiaire du réseau de communication mobile au serveur Swisscom d’où elles parviennent sur l’application du téléphone portable.

«Nous avons fixé les géolocalisateurs aux colliers des vaches», déclare Adrian Fuchs, Business Developer Internet des objets chez Swisscom. Ils sont à peu près aussi grands qu’un paquet de mouchoirs en papier et ne dérangent pas les animaux. «La particularité de la technologie LPN réside dans le fait que les appareils peuvent émettre un signal pendant plusieurs années avec une petite batterie. Cette technologie est idéale pour des applications qui n’envoient que peu de données et qui doivent être en service sur de longues périodes. Andri Marugg peut ainsi garder un œil sur ses vaches depuis le village en contrebas et voir où ses vaches se situent sur la carte. Si les bergers souhaitent également savoir où les vaches passent du temps, ils doivent toutefois d’abord monter plus haut jusqu’à ce qu’ils aient une réception mobile. Le Low Power Network n’assure en effet que la couverture de la transmission de données des géolocalisateur mais pas pour la réception des téléphones portables.

Sentiment de sécurité grâce à la réception mobile

Couverture mobile intégrale dans les Alpes: est-ce même souhaitable? Andri Marugg souffre d’un conflit interne: «Je trouve en fait assez sympathique de n’avoir aucune réception, au moins sur l’alpage. Je consulte de toute manière trop souvent mon portable. D’un autre côté, une bonne connexion peut se révéler très utile dans les Alpes. Pouvoir jeter un coup d’œil au radar météo est utile pendant les foins mais le réseau mobile permet parfois aussi de secourir un animal. Comme cette fois où une vache avait donné naissance à un veau en dessous de la Keschhütte. L’accouchement s’est accompagné de complications. Par chance le berger a pu informer le vétérinaire, hélicoptère inclus. Peu de temps après, le veau a été transporté dans la cabine de l’hélicoptère et la vache dans un filet. Le vétérinaire s’est ensuite occupé d’elle. «Sans réception, la vache serait morte», se souvient Marugg. Celui-ci ne souhaite toutefois pas que la technologie échappe à tout contrôle sur son alpage.

Carte_géolocalisateur_de_vaches
Andri Marugg peut voir où ses vaches se situent sur la carte de son téléphone portable.

Le pouvoir de la nature

Il n’a pas encore été décidé de la suite des opérations concernant les géolocalisateurs de vaches. «Nous réalisons l’expérience sur tout un été avant de tirer le bilan», affirme Fuchs. Il est fort possible que des moutons, plutôt que les vaches de Marugg, porteront à l’avenir un géolocalisateur au cou. «Les moutons sont bien plus peureux que les vaches», indique l’habitant de Zuoz. «En cas de danger, ils courent dans tous les sens et il est même parfois presque impossible de le retrouver. Il y a quelque temps, un loup a déchiqueté des moutons sur l’alpage voisin. Depuis lors, on a perdu toute trace de cinq animaux. A l’aide du géolocalisateur, il a été facile de les retrouver. «Pour moi, la technologie n’est qu’un moyen d’assistance. Elle ne remplace pas nos propres capacités et notre expérience», affirme Marugg. Bien que le géolocalisateur soit capable de localiser une vache, il ne voit pas si elle est malade ou blessée. Les animaux ont en outre besoin d’un contact quotidien avec l’homme, faute de quoi ils retourneraient à l’état sauvage. «En fin de compte, aucune technique ne saurait se substituer au lien qui unit l’homme à l’animal.»

Réseau LPN

Le Low Power Network Swisscom est un réseau complémentaire qui se fonde sur la norme industrielle ouverte LoRaWAN LoRa Alliance. Il a été spécialement conçu pour les applications IoT qui envoient de petits volumes de données. Il constitue notamment la base des villes intelligentes ou des bâtiments efficaces du point de vue énergétique. Le Low Power Network de Swisscom couvre dès à présent plus de 95% de la population suisse. La couverture peut être étendue relativement facilement dans des situations similaires à celle qui prévaut sur l’alpage de Funtauna. Informations complémentaires: https://www.swisscom.ch/fr/business/enterprise/offre/iot.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 réflexions au sujet de « Un géolocalisateur pour la vache Crocus »

  1. Super cette géolocalisation des vaches ! Mais est-il possible que votre appareil reproduise également le son d’une cloche ? J’aime beaucoup le son des cloches dans les pâturages.
    J’espère que le modèle suivant combinera la géolocalisation et le son d’une cloche.

Read now