Des points négatifs pour WhatsApp. Quelles sont les applications de messagerie sécurisées
3 min

Des points négatifs pour WhatsApp. Quelles sont les applications de messagerie sécurisées

WhatsApp est le numéro 1 des services de messagerie les plus populaires. Et cela même si l’application se situe dans la zone grise concernant la protection des données. Nous présentons ici quatre alternatives.

WhatsApp promet certes de ne pas lire les messages de ses utilisateurs – cela n’est pour autant pas vérifiable. De plus en plus d’écoles interdisent WhatsApp comme moyen de communication entre les enseignants et les élèves ou les parents. Des alternatives sont réclamées. Entre-temps sont apparus des retardataires tout aussi simples d’utilisation que WhatsApp, mais qui ont fait leurs preuves en matière de protection des données des utilisateurs. Pour discuter avec ses meilleurs amis, sa famille ou bien des camarades de classe, il est préférable de faire confiance à un service de messagerie qui répond aux exigences de confidentialité.

Alternatives à WhatsApp

Le Dr. Ronny Standtke, de «imedias», le service de conseils en médias numériques à l’école et dans l’enseignement, recommande quatre alternatives plus sécurisées que WhatsApp:

1. Signal

  • Gratuit sur iPhone et Android
  • Utilise peu de données
  • Bon ensemble de fonctionnalités
  • L’ensemble des messages et des conversations sont cryptés de bout en bout
  • Open Source: code source vérifié par des organismes indépendants

Inconvénients:

  • Le numéro de portable doit être communiqué lors de l’inscription

www.signal.org

2. Riot

  • Gratuit sur iPhone et Android
  • Bon ensemble de fonctionnalités
  • Open Source: code source vérifié par des organismes indépendants
  • En continuel développement

Inconvénients:

  • Diffusion limitée
  • Le cryptage de bout en bout doit être activé par l’utilisateur
  • Le numéro de portable ou l’adresse email doit être communiqué lors de l’inscription

www.riot.im

3. Wire

  • Gratuit pour un usage privé (iPhone et Android)
  • Open Source: code source vérifié par des organismes indépendants
  • L’ensemble des messages et des conversations sont cryptés de bout en bout
  • Les données ne sont pas sauvegardées sur le serveur
  • Qualité élevée des appels vidéo

Inconvénient:

  • Le numéro de portable doit être communiqué lors de l’inscription

www.wire.com

4. Threema

  • Swiss Made
  • Bon ensemble de fonctionnalités
  • Le numéro de portable n’est pas exigé lors de l’inscription
  • Garantie du respect de la sphère privée: Les données ne sont pas sauvegardées sur les serveurs de Threema
  • Les messages, données et conversations téléphoniques sont cryptés de bout en bout

Inconvénients:

  • L’application coûte 3.00 CHF (les établissements d’enseignement bénéficient d’un rabais)

www.threema.ch

Ce que vous devriez savoir sur WhatsApp:

WhatsApp appartient à Facebook.

En 2014, Facebook a racheté le service de messagerie le plus utilisé au monde et a ainsi collecté des millions de données personnelles, telles que des adresses e-mail et des numéros de téléphone. L’âge minimum pour les utilisateurs a été abaissé de 16 à 13 ans en 2016.

 Facebook dispose d’un accès aux carnets d’adresses des utilisateurs de WhatsApp.

En acceptant les conditions générales, vous mettez à la disposition de Facebook les adresses et numéros de téléphone de vos contacts, et ce à l’insu et sans le consentement de ces derniers.

 La sécurité n’est pas vérifiable.

Les messages entre utilisateurs de WhatsApp sont, d’après l’entreprise, protégés par un cryptage de bout en bout. Ceci ne peut cependant pas être vérifié par des experts indépendants dans la mesure où le service utilise une source fermée (le code source n’est pas accessible librement).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une réflexion au sujet de « Des points négatifs pour WhatsApp. Quelles sont les applications de messagerie sécurisées »

  1. Et Viber, si populaire en particulier dans les Balkans et donc auprès de celles et ceux qui, nombreux en Suisse, en sont originaires, que faut-il en penser?

Lisez maintenant