Investir personnellement son site Web
5 min

Investir personnellement son site Web

Le Bernois Fabian Seiler a réalisé son rêve et ouvert son propre centre de fitness. Son site Web personnel l’aide à se faire connaître. Il nous révèle ici comment il s’y prend et pourquoi il n’y a aucun miroir dans son studio.

Pour son centre de fitness, Fabian Seiler s’est mis au vert. Au sens propre. Coach personnel, il encadrait un petit groupe de quatre personnes. Ils devaient s’entraîner dehors, dans un parc. «Pour cette séance d’une heure, je faisais exprès le trajet de Zurich à Berne», se souvient-il. Mais cela plaisait aux participants et l’entraînement rencontrait un vrai succès. Fabian Seiler a donc décidé de continuer. «Par le bouche à oreille, je me suis retrouvé avec un groupe de 30 personnes.» N’ayant toujours pas de centre de fitness, ils ont continué à s’entraîner dehors, par tous les temps, été comme hiver. «Il nous a fallu improviser», se souvient Fabian Seiler. «Pour l’entraînement musculaire, on tirait tantôt des voitures, tantôt des luges selon la saison.»

Et visiblement, ce que proposait Fabian Seiler avait un véritable pouvoir d’attraction. Il est arrivé que des personnes venues d’autres centres de fitness rejoignent spontanément le groupe. «J’ai aussi fait la connaissance de ma petite amie à l’entraînement», sourit-il du haut de ses 30 ans.

«À l’entraînement, il nous est arrivé de tirer des luges ou des voitures.»

Mais un jour, la pelouse s’est avérée trop juste. En effet, le groupe d’entraînement était passé à 60 personnes. Fabian Seiler s’est donc décidé à sauter le pas et à ouvrir un centre de fitness digne de ce nom. Parmi son groupe d’entraînement, 50 personnes l’ont suivi. Originaire de Berne, Fabian Seiler a quitté Zurich pour revenir dans sa ville et y ouvrir Rope Fitness dans la Thunstrasse. C’est justement là où nous nous trouvons pour l’interview.

C’était en 2015. Depuis, Rope Fitness n’a cessé de croître. C’est voulu, mais il y a un prix à payer. «Je travaille énormément et n’ai guère de temps pour autre chose», se confie Fabian Seiler. Il n’est pas rare qu’il soit au centre de fitness de six heures et demie du matin à dix heures du soir. Il ne lui reste alors plus beaucoup de temps pour s’occuper de son site Web et de sa boutique en ligne. «J’y consacre environ 30 minutes par semaine», déclare-t-il. Et il estime que de petits ajustements de son site Web sont simples à réaliser.

La présence sur Internet n’est pas qu’une carte de visite, c’est aussi un point de contact et une page d’accueil. «Outre le SEO, je fais aussi de la publicité sur les moteurs de recherche et des campagnes régionales sur Facebook pour acquérir de nouveaux clients», explique Fabian Seiler. Et d’où tient-il ses connaissances spécialisées? «Je n’ai pas le temps de passer des heures devant mon ordinateur. Je suis beaucoup trop impatient pour ça», dit-il. «Je trouve de l’aide auprès de mes amis.»

Fabian Seiler s’entraîne avec une cliente
Fabian Seiler aime prendre en charge ses clients personnellement. C’est un aspect qu’il affectionne particulièrement. Le voilà ici à l’entraînement avec Aniya Seki, championne du monde de boxe originaire de Berne.

Nous interrompons brièvement l’interview. Entre-temps, plusieurs clients sont arrivés au centre de fitness et réclament l’aide de Fabian Seiler. En effet, son concept consiste à ce que chaque client puisse suivre un programme personnalisé. D’où la nécessité d’un entraîneur personnel comme Fabian, qui fait preuve d’un professionnalisme et d’une passion sans faille. Fabian se lève et rejoint Aniya Seki, qui réalise son entraînement musculaire ce matin. La championne du monde de boxe fait partie de ses fidèles clients.

«Sans site Web, je ne pourrais pas maîtriser la gestion des cours.»

À son retour, nous nous consacrons à la technique numérique. «Sans mon site Web, je ne pourrais pas maîtriser la gestion des clients», déclare Fabian Seiler tout en gardant un œil sur ses athlètes. «Ce n’est qu’avec la gestion numérique des cours que je peux avoir une vue d’ensemble et connaître les places encore disponibles pour les entraînements de groupe.»

Certes, Rope Fitness se développe bien, mais Fabian Seiler veut encore poursuivre la croissance. Pour ce faire, il mise sur des prospectus et une newsletter, mais aussi sur des campagnes Facebook. Car en procédant ainsi, il cible les clients potentiels de la région. Il faut le dire, la concurrence est rude. Alors, quel est le secret de la réussite de Rope Fitness? «Nous nous concentrons sur les objectifs personnels de la personne qui s’entraîne et sur un coaching pertinent et efficace. C’est ce qui fait la différence», suppose Fabian Seiler. Les photos avant/après affichées dans l’entrée témoignent de l’efficacité de la méthode.

Ce qui est frappant ce matin: chacun est dans sa bulle, concentré sur son entraînement. Pas de «voir et être vu». Ici, priorité à l’entraînement; spectacle et démonstration n’y ont pas leur place. «C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de miroirs aux murs», nous explique Fabian Seiler avec un sourire malicieux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lisez maintenant