Commune de Balsthal
7 min

Le long cheminement vers l’Internet rapide

Heidi Hertig de l’entreprise Bau-Trocknung-Service BTS AG et l’administrateur des finances Rudolf Dettling de Balsthal attendent l’Internet rapide avec impatience. En conséquence, pour eux, le développement mis en œuvre par Swisscom ne pourra jamais aller assez vite. Pourquoi le développement dure 18 mois, pourquoi les conflits au niveau des objectifs font partie de la planification et qui cherche à obtenir des avantages personnels.

Heidi Hertig-Käsermann, Bau-Trockung-Service BTS AG

Depuis le début de la matinée, Heidi Hertig-Käsermann répond sans répit à des appels téléphoniques. Hier soir, un orage violent s’est abattu sur le canton de Soleure et a inondé des douzaines de bâtiments. Sa collègue et elle-même saisissent les 20 nouvelles déclarations de sinistres dans un système client, parfois avec des photos des dégâts. «Notre système reprend les données dans notre filiale à Berthoud. La lenteur de la connexion Internet rend le travail très difficile un jour comme aujourd’hui. La nouvelle connexion en fibres optiques fera une très grande différence dans mon quotidien», déclare Heidi Hertig-Käsermann qui siège à la direction de BTS, le spécialiste pour la déshumidification des bâtiments et l’assainissement de l’eau.

Ralf Gugelmann, responsable de la planification du réseau et de la mise en œuvre chez Swisscom

Historique de la situation: à l’été 2017, la commune de Balsthal a été incluse dans les plans de Swisscom pour l’extension du réseau en fibres optiques. Elle fait partie des 300 communes où Swisscom installe l’Internet rapide chaque année. «Le moment de l’inclusion d’une commune dans les plans d’extension dépend par exemple de la bande passante actuellement disponible dans la commune, des besoins des clients, de nos ressources, des particularités du réseau existant, de la situation du marché ou de la collaboration avec la commune», explique Ralf Gugelmann, responsable de la planification du réseau et de la mise en œuvre chez Swisscom. Pour son équipe et lui-même, mettre en œuvre l’extension dans une commune requiert environ 18 mois de travail, à savoir 6 mois de planification et 12 mois de travaux. Cela veut dire que Heidi Hertig-Käsermann pourra surfer plus vite sur Internet seulement à partir de l’automne 2018. Toutes les communes de Suisse devraient être équipées de la technologie de fibre optique d’ici fin 2021.

Comment est le sous-sol?

Ralf Gugelmann et son équipe vérifient d’abord si les tuyaux existants offrent encore suffisamment d’espace pour accueillir une ligne supplémentaire en fibre optique. Si tel n’est pas le cas, il convient de réaliser des travaux. «Notre objectif est de faire passer les câbles dans le sol sans réaliser de travaux. Depuis un certain temps, nous incitons nos partenaires de construction à employer de nouvelles technologies afin d’éviter de creuser le sol», explique Ralf Gugelmann. Par exemple, il y a quelques années, Swisscom a développé un robot pour la pose de fibre optique, c’est-à-dire un embout de câble équipé d’une caméra, d’une lampe, de bras et d’une fonction de rotation qui examine la situation dans les tubes câblés. Cela permet d’éviter environ 50% des travaux de creusage. Cette phase de planification de plusieurs semaines s’étend jusqu’à la fin 2017. Les plans de construction et un décompte des frais sont dès lors disponibles: l’extension du réseau en fibres optiques à Balsthal coûtera environ 2,5 millions de francs à Swisscom.

La collaboration avec la commune

Rudolf Dettling
Rudolf Dettling, responsable de l’administration des finances de la commune de Balsthal

Rudolf Dettling dirige le département des finances à l’administration communale de Balsthal et est responsable de la téléphonie et de l’informatique. Pour lui, il est grand temps que l’extension du réseau en fibres optiques de Swisscom soit mise en œuvre. «En février, Ralf Gugelmann, entre autres, est venu présenter le projet au conseil communal», déclare Rudolf Dettling. La visite s’est bien déroulée pour toutes les parties. «Le rendez-vous à la commune est pour nous un élément essentiel de l’ensemble du processus, nous expliquons au conseil communal pourquoi, comment et quand nous mettons en œuvre l’extension et tâchons de trouver ensemble des solutions dans le dialogue», explique Ralf Gugelmann. Au printemps 2018, enfin, les travaux peuvent commencer à Balsthal. Une filiale de Swisscom, Cablex, est chargée de l’exécution. Cela multiplie le nombre d’interlocuteurs. De plus, pendant la phase de réalisation, c’est le représentant du maître d’ouvrage qui prend en charge le projet. Ce dernier contrôle la qualité, le respect de toutes les prescriptions et exigences, coordonne les nombreuses interfaces internes et externes et est le premier interlocuteur pour l’entreprise de construction. «Coordonner le tout n’est pas une mince affaire, le représentant du maître d’ouvrage est à Coire, les concepteurs et moi-même sommes à Olten et le personnel de Cablex est la majeure partie du temps en déplacement», explique Ralf Gugelmann. Ils assurent la communication entre eux avec une répartition des tâches agile et des réunions tous les quinze jours.

Conflits au niveau des objectifs dans la planification

Rudolf Dettling n’est pas seulement en poste à l’administration de la commune mais gère également un immeuble avec des appartements en copropriété à Balsthal. Swisscom aimerait bien poser un réseau en fibres optiques directement dans la cave de l’immeuble; à cette fin, Rudolf Dettling doit signer un contrat: «une période de six semaines m’a été accordée pour l’examen du contrat. Après cinq semaines, j’ai reçu une lettre de Swisscom où il était mentionné que je n’étais probablement pas intéressé par une extension haut débit puisque je n’avais pas encore réagi. Cela m’a mis très en colère», explique Dettling. Dans ce cas de figure, l’entreprise totale se trouve face à un dilemme. En effet, elle ne dispose que d’une année pour équiper entièrement la commune. «Pour nous, ce courrier est un simple rappel. Et si chaque propriétaire foncier a besoin de six semaines pour la signature, cela décale tout le calendrier et l’entreprise totale ne peut pas respecter le déroulement prévu», explique Gugelmann.

Retirer des avantages personnels

Les tentes blanches de travaux de Cablex apparaissent partout dans le village. Et comme un peu partout en Suisse, les habitants ou les propriétaires fonciers essayent d’obtenir des avantages personnels. «Des clients demandent parfois dans la rue aux collaborateurs de Cablex s’ils pourraient obtenir un raccordement direct», raconte Gugelmann. Ou encore, des propriétaires fonciers demandent à Swisscom des montants utopiques pour le droit de poser un câble sur leur terrain. «Dans un cas comme dans l’autre, nous tâchons d’expliquer ce que nous faisons, ce qui est possible et, la plupart du temps, nous trouvons une solution convenant à toutes les parties», déclare Ralf Gugelmann sur un ton amusé. Dans le cas de Balsthal, 95% des propriétaires fonciers ont signé les contrats, Rudolf Dettling également. Les autorisations de creusage nécessaires pour les travaux au niveau des puits et canaux ont été accordées très rapidement par la commune. Cependant, dans certains cas, l’autorisation a été refusée. La commune veut éviter que des travaux de creusage soient réalisés sur des rues qui viennent d’être rénovées. Dans un autre cas, un propriétaire d’une maison a retiré ultérieurement l’autorisation de poser une ligne dans son jardin. Dans de telles situations, Cablex cherche des alternatives pour pouvoir poser tout de même les câbles. «Cela demande toutefois davantage de ressources et retarde le projet», explique Gugelmann. En automne, des orages s’abattront vraisemblablement à nouveau sur la région de Soleure. D’ici le mois d’octobre, Bau-Trocknung-Service BTS AG sera équipée d’une ligne Internet à 500 mégabits et également d’un nouveau système client. «Pour un jour comme aujourd’hui, cela devrait nous permettre d’économiser environ une heure de travail», explique Heidi Hertig-Käsermann.

Plan interactif de l’extension du réseau

Swisscom révèle dès maintenant la progression de l’extension du réseau fibre optique en Suisse. Grâce au plan d’extension du réseau interactif, les personnes intéressées peuvent savoir dans lesquelles des 2222 communes suisses l’extension est mise en œuvre, où elle est en cours de planification et où une connexion Internet haut débit de 80 Mbit/s à 1 Gbit/s est déjà disponible pour la majeure partie. Il est toujours possible également de vérifier la disponibilité d’Internet haut débit à une adresse donnée à l’aide de l’outil www.swisscom.ch/checker.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 réflexions au sujet de « Le long cheminement vers l’Internet rapide »

  1. Bonjour,

    merci pour cet article; mais les informations de la carte d’extension réseau sont ambigües pour les zones en cours de planification. En effet il est indiqué : « …en cours de planification et où une connexion Internet haut débit de 80 Mbit/s à 1 Gbit/s » alors que le checker pour une ligne allant être prochainement migrée n’indique au mieux qu’un débit futur de 500 Mb/s. Est-il prévu de permettre du 1Gb/s sur ligne cuivre dans un proche avenir ? Merci d’avance d’éclairer vos lecteurs.

    1. Bonjour Monsieur Meylan,
      Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre réseau. J’ai parlé aux experts du net. Voici la réponse : la vitesse dans les communautés individuelles dépend toujours de la technologie choisie. La plage de 80 Mbit/s à 1 GBit/s que nous spécifions est celle que cette technologie permet dans le minimum et le maximum respectivement. Pour les collectivités où la planification est encore en cours, nous donnons cette fourchette dans chaque cas.

      FTTC+ à 80-100 Mbit/s
      FTTS/B à 100-500 Mbit/s
      FTTH à 1 Gbit/s

      Pour la rédaction, Tanja Kammermann

      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Discussions dans la communauté