L’histoire de beaucoup de chance et d’un héros anonyme
4 min

L’histoire de beaucoup de chance et d’un héros anonyme

À l’assaut de la montagne! D’accord, mais avec du réseau. Quoi de plus beau qu’une escapade dans les Alpes, aussi belles que dangereuses? Toujours bon à savoir que les secours sont joignables et rapidement opérationnels.

Beaucoup de randonneurs se lancent à la conquête de la montagne avec l’arrivée des beaux jours. Voici l’histoire de Paul Körner*. Le 16 juin 2018, le randonneur de soixante ans se rend au refuge Sidelenhütte dans le canton d’Uri. Sur le chemin du retour, sa respiration devient soudainement très difficile. Une amie l’appelle par hasard au même moment. Elle a la présence d’esprit d’appeler la Rega, constatant la respiration haletante et les difficultés de Paul Körner à s’exprimer. Celui-ci ne répond déjà plus quand la Rega essaie plusieurs fois de le joindre. Soudain une jeune femme décroche; elle et son ami viennent de trouver le randonneur en détresse. Alors qu’elle expose encore la situation, Monsieur Körner perd connaissance et s’arrête de respirer.

C’est alors qu’il n’y a plus une seconde à perdre: la cheffe d’intervention explique au jeune couple comment le réanimer. Ils peuvent également signaler précisément leur position à la centrale grâce à l’application mobile de la Rega. Quelques minutes plus tard seulement l’hélicoptère de la Rega arrive d’Erstfeld et l’urgentiste prend le patient en charge. On le stabilise celui-ci pour ensuite le transporter à l’hôpital avec un treuil de sauvetage.

Quand le portable vous sauve la vie

Les chances de survie diminuent rapidement en cas d’arrêt cardio-circulatoire, chaque minute compte. Un concours inhabituel de circonstances et la rapidité de réaction des acteurs ont sauvé la vie de Monsieur Körner. Mais le héros secret de cette aventure est quelqu’un d’autre. Passer un appel dans les Alpes uranaises était encore impossible il y a quelques années. L’amie du randonneur n’aurait pas remarqué que Monsieur Körner avait un problème de santé et n’aurait pas non plus appelé la Rega. Le jeune couple n’aurait pu non plus appeler les secours. Et sans les instructions de professionnels, ils n’auraient pas pu improviser une réanimation.

Couverture réseau mobile

La carte de la zone desservie nous montre la couverture mobile de la Suisse par Swisscom. Bien entendu la topographie, le terrain, l’infrastructure existante et le nombre d’utilisateurs influencent la disponibilité comme la qualité des services. En fonction de différents facteurs, Swisscom détermine en permanence les zones où l’aménagement de sites de téléphonie existants voire la mise en place de nouveaux est nécessaire. Swisscom a la volonté d’optimiser le réseau mobile dans tous les coins de Suisse, même les plus reculés.

Heinz Herren, directeur d’IT, Réseau et Infrastructure à Swisscom: «Nous avons tellement pris l’habitude de prendre notre smartphone partout avec nous que nous ne réalisons pas à quel point c’est en fait exceptionnel.» La plupart du temps nous profitons du réseau pour appeler du sommet, envoyer des selfies à la famille ou aux amis ou pour nous informer de la météo. Mais le raccordement au réseau, c’est beaucoup plus, comme nous le montre cette véridique histoire. Certains alpinistes n’emportent pas d’émetteur. Il n’y a pas toujours de refuge du CAS ou de connexion au réseau fixe à proximité. Une connexion mobile peut sauver des vies. L’application de la Rega permet de localiser précisément la personne en détresse par GPS mais aussi de transmettre ses données personnelles. Les sauveteurs savent ainsi en quelques secondes qui est leur patient et comment le prendre en charge. Mais la réception mobile est indispensable pour que cela fonctionne.

Réception en montagne

Selon les statistiques du Club Alpin Suisse (CAS), plus de 1200 alpinistes ont eu un accident l’année dernière; presque la moitié de ceux qui se produisent en montagne. Les problèmes cardio-vasculaires en sont rarement la cause. Le club Alpin Suisse nous apprend que les sentiers des Préalpes ou la haute montagne sont le théâtre de la plupart des accidents. Et cela arrive vite: un pas imprudent, une glissade sur des éboulis et on se foule la cheville. La randonnée est terminée.

La topographie pose de nombreux problèmes quand il s’agit de couvrir globalement la montagne d’un réseau mobile. Il y aura encore et toujours des endroits où on ne trouvera pas de réseau. Mais les zones «hors réseau» sont en recul et les nouvelles technologies comme la 5G devraient y contribuer. «Swisscom investit depuis de nombreuses années dans l’infrastructure» nous explique Monsieur Herren. «Nous travaillons en permanence à améliorer la couverture de la Suisse par le réseau et à augmenter constamment les capacités.»

*Nom modifié

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *