7 leçons pour réunir un million en crowdfunding
8 min

7 leçons pour réunir un million en crowdfunding

Bons conseils et lieux communs foisonnent sur la scène des start-ups: on entend souvent que l’échec ferait partie du jeu, et qu’il permettrait d’apprendre de ses erreurs. Deux jeunes hommes de la région de Bâle ont pris ces conseils très à cœur et ont pu célébrer un magnifique succès après avoir essuyé un âpre revers.

Au départ, il y avait un produit, certes médiocre, mais qui se vendait vraiment bien. Yannick Brandenberger, co-fondateur de la start-up BLOMM & BERGER, sourit lorsqu’il se remémore cette époque: «En 2014, nous achetions de petits juke-boxes que nous embellissions un peu, et cela marchait plutôt bien.» Le concept commercial était né: un produit lifestyle remis au goût du jour par le partenaire de Yannick, Erik Blommers, diplômé en design. Ils ont ensuite tenté leur chance avec de simples écouteurs intra-auriculaires. En 2015, ils lancent une campagne de crowdfunding sur Kickstarter, avec un objectif de 100 000 francs. «C’est complètement tombé à l’eau», se souvient Yannick Brandenberger. Le projet n’a pas du tout atteint l’objectif, ne recueillant qu’un peu plus de 20 000 francs. Les deux jeunes entrepreneurs étaient consternés.

1re leçon: Etre original

Mais justement: toute start-up digne de ce nom connaît l’échec à un moment ou à un autre de son existence. Au lieu de jeter l’éponge après cette expérience frustrante, Yannick et Erik redoublent d’efforts. Il ne suffisait pas d’apposer un logo sur des écouteurs intra-auriculaires pour convaincre des petits investisseurs potentiels. «Nous n’avions aucune trésorerie, n’ayant pas atteint l’objectif d’investissement», souligne Yannick Brandenberger. Mais les enseignements tirés du premier crowdfunding raté valaient de l’or.

Les fondateurs ne paient pas de frais d'abonnement pendant 6 mois

L’avantage StartUp vient faciliter le point qui cause le plus de soucis lors de la création d’une entreprise: le financement. Avec l’avantage StartUp, les créateurs d’entreprise peuvent utiliser gratuitement le pack Swisscom avec Internet, téléphonie, mobile et service (ou seulement certains de ces éléments) pendant un semestre.

Après une courte période de doute, les deux jeunes entrepreneurs se sont demandé comment faire mieux la prochaine fois. Cela devait passer par le développement de leur propre produit: un casque qui évite les écueils dans lesquels tombe la concurrence et qui offre des concepts novateurs. Seulement voilà: Yannick et Erik ne sont ni l’un ni l’autre techniciens. Yannick assurait la partie commerciale, tandis qu’Erik est designer. Que faire? «Nous avons cherché sur Google une équipe de développeurs en Chine à laquelle nous avons envoyé nos idées.» Cela a effectivement fonctionné. BLOMM & BERGER a alors lancé un nouveau projet sur Kickstarter en mettant en avant les concepts innovants et le design soigné. Cette fois, l’objectif du crowdfunding était plus modestement fixé à 30 000 francs.

Le succès a été impressionnant: en quelques jours, pas moins de 100 000 francs avaient été recueillis pour le B&B Air. Le prototype a pu être concrétisé, tout allait comme sur des roulettes. Jusqu’au lancement de la production de masse. «Notre producteur en Chine nous a informés que l’une des fonctionnalités du casque n’était pas réalisable en production», se rappelle Yannick Brandenberger. Nous avions promis aux clients que le casque s’éteindrait automatiquement lorsqu’il était retiré, mais ce n’était pas possible en l’état avec cet appareil.

2e leçon: Composer avec les réactions négatives

«Certains clients étaient vraiment furieux que nous n’ayons pas pu mettre cette fonctionnalité en pratique», raconte Erik. Les e-mails d’injures, de plaintes et de demandes de remboursement affluaient par centaines. Y répondre était en soi un travail à plein temps. Mais à l’époque, l’un comme l’autre étaient encore engagés par ailleurs: Erik pour ses études, Yannick avec un emploi à plein temps. «Je travaillais alors à 200%.»

3e leçon: Prendre les clients au sérieux, y compris ceux qui sont agaçants

Les deux ont persévéré, répondant à toutes les demandes, présentant leurs excuses et expliquant pourquoi le B&B Air n’était pas parfait. «Nous avons dû apprendre que de nombreux clients mécontents avaient besoin d’une soupape, ce qui expliquait pourquoi ils s’en prenaient à nous aussi durement», rapporte Yannick. «Il faut accepter la frustration des clients et assumer ses propres erreurs.»

4e leçon: Chercher des partenaires

«Malgré toutes les difficultés rencontrées, le B&B Air nous a ouvert des portes», insiste Yannick Brandenberger. Le succès rencontré par le projet sur Kickstarter a attiré l’attention des médias sur la jeune entreprise. Des investisseurs et des partenaires potentiels se sont manifestés. «Notre partenaire Swisscom actuel s’est par exemple adressé à Kickstarter pour pouvoir nous contacter, car nous n’avions pas encore notre propre site Web. Cela a été pour nous une reconnaissance énorme.»

Les partenaires expérimentés et les investisseurs potentiels n’ont pas été avares de bons conseils, qui étaient les bienvenus. Un réseau s’est constitué, ce qui a permis de passer à la prochaine étape majeure : le développement du casque B&B Pure. «On nous a orientés vers une équipe de développeurs en Suisse pour concrétiser nos concepts. On ne peut pas toujours tout faire soi-même et l’on a parfois besoin d’une aide venant de l’extérieur.»

5e leçon: Avoir le courage de recommencer

La start-up prend alors une décision courageuse: abandonner le B&B Air, se retirer complètement du marché pendant un an et demi et mettre au point un nouveau produit, loin des projecteurs. «Nos clients furieux avaient raison: sans être un mauvais produit, le B&B Air n’était pas à la hauteur de nos prétentions. Nous tenons toutefois à ce que notre marque soit toujours synonyme de produits irréprochables. Nous avons donc complètement arrêté la commercialisation», explique Erik Blommers.

Yannick Brandenberger et Erik Blommers
Yannick Brandenberger (à gauche) et Erik Blommers ont beaucoup appris de leurs erreurs commises dans la phase initiale.

Malgré le succès de la deuxième campagne Kickstarter et quelque 1000 B&B Air vendus malgré tout, les deux jeunes hommes ont su rester auto-critiques, ont appris de leurs erreurs et ont cherché à s’améliorer. Et ils ont eu le courage de recommencer une fois de plus. Fin 2017, ils lancent une nouvelle campagne Kickstarter, cette fois pour le casque B&B Pure. Par souci de qualité, ils optent pour la voie la plus coûteuse qui soit dans le domaine du crowdfunding: ils présentent un produit abouti, et pas seulement quelques idées de concept. Ils racontent en outre une histoire convaincante sur leur produit: développé en Suisse d’après les normes de qualité suisses, avec un design soigné. Les fonctionnalités annoncées sont vraiment au rendez-vous et n’en sont pas restées au stade du simple concept. Le B&B Pure comprend notamment un câble de charge USB intégré de manière intelligente. L’arrêt automatique lorsque le casque est retiré fonctionne cette fois y compris en production de masse. La fonction d’annulation du bruit était opérationnelle quelques mois après le lancement par le biais d’une simple mise à jour du firmware.

Le B&B Pure

Kopfhörer Blomm+Berger

Conçus et développés à Bâle, les casques BLOMM & BERGER s’adaptent de manière intelligente et individuelle aux utilisateurs. Avec leurs écouteurs échangeables (supra-auriculaires et intra-auriculaires), l’annulation du bruit et un câble de charge intégré pratique lorsque vous êtes en déplacement, ils sont le compagnon idéal. Le B&B Pure enregistre les réglages auditifs personnalisés via une application dédiée et suspend automatiquement la lecture lorsqu’il est retiré. 

Le succès est fulgurant: au lieu des 100 000 francs visés, ils recueillent pas loin d’un million en l’espace de quelques semaines.

6e leçon: Chercher un contact étroit avec ses clients

Chose étonnante, les réseaux sociaux n’ont joué aucun rôle tout au long de la campagne. Au début, il était important de convaincre les amis et la famille. Pour se rapprocher des clients, ils optent pour une méthode éculée: un stand à la Muba de Bâle. «Nous voulions être au plus près des gens. Avoir notre stand à la Muba nous est alors apparu comme le meilleur moyen.» Une idée saugrenue à première vue, mais qui fait mouche: «De nombreux clients qui avaient déjà acheté le B&B Air sont venus au stand. Ils étaient contents que nous existions encore et nous ont assuré de leur soutien.»

7e leçon: Se garder de toute exubérance

Le casque B&B Pure s’est déjà écoulé à 6000 exemplaires. Après le développement et le crowdfunding réussi, les deux jeunes entrepreneurs se sont pleinement investis dans leur société. Ils durent s’aventurer une fois de plus sur des terrains qui leur étaient complètement inconnus: la vente et la distribution. «Nous ne pouvons pas nous permettre de nous mettre en danger sur le plan financier. Cela signifie que nous devons déterminer la bonne quantité de casques à faire produire. C’est loin d’être simple», confie Yannick Brandenberger.

BLOMM & BERGER entend évidemment continuer de monter en puissance. Ses fondateurs aspirent à quitter l’actuel bureau exigu de Liestal, avec ses meubles en palettes, pour faire de l’entreprise un employeur reconnu dans la région du nord-ouest de la Suisse d’ici cinq ans. Une première embauche est prévue pour l’an prochain. Et bien sûr également un nouveau produit. «Nous restons dans le domaine du lifestyle et prévoyons de lancer des écouteurs intra-auriculaires sans fil, complètement dans l’air du temps», annonce Erik Blommers. Naturellement, les deux ont à cœur de continuer à apprendre de leurs erreurs. Même si elles sont devenues beaucoup plus rares ces 18 derniers mois.

3 conseils pour une campagne de crowdfunding réussie

Le produit et les clients revêtent la même importance: «Nous avons toujours accordé la même attention au contact avec le client qu’au produit à proprement parler.»

Ne pas trop communiquer (mais pas trop peu non plus): «Rétrospectivement, nous nous apercevons qu’ils nous est arrivé de communiquer de manière trop offensive alors que nous n’étions pas en mesure de livrer ce que nous avions promis. Mais pour le crowdfunding, une communication ouverte et régulière est très importante. Il faut trouver le juste équilibre.»

L’histoire adéquate: «Nous avons construit au préalable une histoire autour de notre produit, et nous la racontons à chaque occasion: Swissness, innovation et design soigné.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une réflexion au sujet de « 7 leçons pour réunir un million en crowdfunding »

  1. Un peu bidonné cet article ! Je devrais dire cet infomercial ?Vous avez interviewé les créateurs mais à quel moment être-vous allé voir les commentaires sur le projet B&B Pure sur KickStarter ? Retard de livraison de plus d’un an, certains casques jamais reçus, problèmes techniques (casque défectueux d’un côté, impossible à recharger voir à allumer…), application minimaliste, Réduction du bruit non encore disponible !
    Là-dessus, les créateurs ne respectent pas leurs engagements de transparence, cela fait 1 mois que l’on attend des nouvelles d’eux.
    Bref, ils sont partis en vacances, ça se passe bien pour eux. Pour les personnes s’étant engagé financièrement à leurs côté, ce n’est clairement pas le même son de cloche.

Lisez maintenant