Dix raisons intéressantes pour lesquelles des entreprises échouent
6 min

Dix raisons intéressantes pour lesquelles des entreprises échouent

Bien évidemment, il existe des dizaines, voire des centaines d’erreurs que l’on peut commettre en tant que créateur d’entreprise ou petit entrepreneur – et contre lesquelles il convient de se protéger.

Nous en avons trouvé une liste très complète sur la plate-forme d’information Quora. Un jeune entrepreneur y a posé la question suivante: quelles sont les cinq raisons les plus courantes qui font qu’une start-up échoue?  Et voilà qu’il a reçu d’innombrables conseils de la part d’experts hautement qualifiés – par exemple d’un liquidateur qui avait déjà liquidé plus de 700 entreprises (Chris Baskerville); d’un investisseur qui a déjà aidé plus de 30 entreprises à démarrer (Hampus Jakobsson); du PDG de la pépinière d’entreprises internationale Society3 (Axel Schultze); ou encore d’une personne qui a fondé avec succès plusieurs start-up technologiques (Bruce Philip).

Alors, quelles sont les principales raisons de l’effondrement d’une entreprise? En voici une sélection:

1. Le manque de capital

Cela semble évident, bien connu et logique. Mais, selon l’expérience du liquidateur d’entreprises Chris Baskerville, le problème est que de nombreuses entreprises ne réalisent même pas tout ce que cela signifie: on doit être sûr à 100% que l’infrastructure de l’entreprise est disponible. Et que l’on est capable de financer l’activité quotidienne pendant un bon moment.

Cependant, selon Baskerville, de nombreux entrepreneurs pensent qu’il suffit que ces conditions soient remplies à 95%. Erreur fatale: les besoins en capitaux nécessaires doivent être couverts à 100%. Sinon, le résultat est le même que si l’on fait décoller un avion alors qu’il lui manque un détail, par exemple les ailerons: on n’a aucune chance. (Chris Baskerville)

2. Une expansion trop rapide

De premières réussites incitent de nombreux entrepreneurs à faire comme si ça allait toujours continuer ainsi et à miser entièrement sur la croissance. On investit donc dans des bureaux, des entrepôts, le marketing, des véhicules, etc. pour continuer à croître.

Et on oublie souvent cette question: comment tout cela est-il financé?

Une deuxième question, aussi souvent oubliée: avons-nous le personnel qui dirigera cette entreprise plus grande que nous envisageons? (Chris Baskerville)

2. Trop d’emprunt. Un emprunt trop tôt.

Nous avions déjà abordé ce thème ici: qui fonde son entreprise sur la base d’un emprunt se crée beaucoup de stress. Car l’horloge de la dette commence à tourner dès le premier jour. Si on n’obtient pas assez rapidement les revenus permettant de rembourser l’emprunt et les intérêts, on glisse rapidement dans le cercle vicieux de l’endettement.

Vous le saviez? C’était évident pour vous? Peut-être. Mais le consultant en redressement Baskerville souligne qu’ici, nous avons à faire à un processus lent: souvent, le crédit d’entreprise ne commence pas par de longues négociations avec la banque – mais avec une carte de crédit à découvert. Ou par un peu d’argent apporté par un membre de la famille. Ou par votre caisse privée. (Chris Baskerville)

4. Un mauvais management stratégique

Un bon artisan, ingénieur ou prestataire de services ne suffit pas à faire un bon entrepreneur. La réflexion stratégique est une caractéristique importante: il faut détecter le développement des marchés, il faut le sentir et il faut avoir la capacité de réagir rapidement aux évolutions.

Si on réussit seulement à lancer un produit sur le marché, on rencontre souvent des problèmes au cours d’une étape ultérieure. (Chris Baskerville)

5. L’absence d’un plan qui marche

Bien que de nombreuses entreprises aient un concept et une certaine idée du marché, les détails du développement de l’entreprise et la pénétration du marché restent dans le flou le plus total.

Chris Baskerville souligne que n’importe quel voyage est planifié avec plus de précision que la création de certaines entreprises: pour les vacances, on décide tout naturellement des horaires de départ du vol, de la marque de la voiture de location ou si on préfère avoir la demi-pension ou la pension complète.

Alors, pourquoi de nombreux entrepreneurs sont beaucoup moins rigoureux quand il s’agit de leur propre entreprise?

Les réponses à un certain nombre de questions constituent une autre partie importante d’un business plan qui fonctionne:

  • Pourquoi pratiquons-nous cette activité?
  • A quels besoins répond notre entreprise?
  • Pourquoi cela n’existe-t-il pas déjà depuis longtemps?
  • Pourquoi serions-nous meilleurs que la concurrence?

6. L’échec sur le marché

Le marché n’a pas besoin du produit, il ne le comprend pas – ou il ne sait pas que ce produit existe. Voilà encore une erreur qui semble évidente et évitable, mais qui se produit souvent malgré tout.

Pourquoi? Parce que de nombreux entrepreneurs n’analysent les problèmes que de manière technique et abstraite. Ils trouvent ainsi une solution tout à fait bonne et logique. Mais ensuite, ils oublient d’en parler aussi aux personnes concernées.

Et lorsque l’on arrive sur le marché avec le produit, le réveil est brutal, car les acheteurs ne suivent pas souvent la logique. (Hampus Jakobsson)

7. Une mauvaise mise en œuvre

Cette erreur aussi semble évitable et inutile. Mais ici aussi, le diable se cache dans les détails. Lors de la mise en œuvre de son idée, une entreprise peut commettre des erreurs décisives:

  • trop d’efforts investis dans des détails du produit;
  • trop peu de marketing;
  • un marketing trop cher;
  • trop d’offres «Nice to have»;
  • mauvais moment pour l’entrée sur le marché;
  • des relations stratégiques insuffisantes. (Axel Schultze)

8. On ne réfléchit pas assez à long terme

Si une entreprise peut avoir une bonne idée pour un bon produit, cela ne suffit pas toujours. Car chaque entreprise doit vouloir évoluer et conquérir des marchés au fil des ans.

Mais si on n’est pas capable de communiquer cela dès le début, on ne trouve pas le personnel, ni les partenaires, investisseurs et talents nécessaires dès la première phase. Et c’est alors que même la meilleure des idées a du mal à décoller. (Axel Schultze)

9. Des faiblesses au sein de l’équipe

Souvent, il y a de bons éléments dans les équipes de start-up, mais à la fin, il manque quand même un facteur essentiel: par exemple le savoir-faire technologique. Ou la maîtrise du marketing. Ou bien on connaît trop peu les aspects financiers. Ou alors l’organisation est une vraie pagaille…

Le point crucial est que, dans une entreprise, une seule faiblesse peut suffire à faire vaciller l’ensemble de la construction. Ce risque est surtout élevé pour les start-up. (Axel Schultze)

10. On ne se positionne pas sur le marché

Les personnes qui lancent un nouveau produit sur le marché et créent une nouvelle entreprise font souvent comme s’ils écrivaient sur une page blanche. Bien sûr, elles existent, ces «innovations de rupture» – c’est-à-dire ces offres qui créent de nouveaux marchés ou bouleversent l’ancienne situation et par conséquent s’imposent à elles toutes seules.

Mais soyons honnêtes: combien de produits y parviennent?

Dans tous les autres cas, l’entrepreneur doit passer beaucoup de temps et faire preuve de beaucoup d’engagement pour se positionner face à la concurrence sur le marché, pour se démarquer et se distinguer – bref, pour être spécial. Et cela recommence sans cesse. (Bruce Philip)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read now