Ce que vous devez savoir au sujet de «Work Smart»
5 min

Ce que vous devez savoir au sujet de «Work Smart»

De nouvelles formes de travail sont en train de conquérir le monde des affaires – et ses employés. Le travail flexible renforce la satisfaction et la productivité. Mais «Work Smart» ne fonctionne qu’avec un support technique stable et a un impact sur la culture d’entreprise et l’organisation du travail.

Au bureau le matin, au restaurant du personnel à midi, et à la maison le soir. C’est ainsi que les employés ont conçu leur journée de travail pendant des décennies. Ces dernières années, de nouvelles formes de travail ont de plus en plus remplacé les heures de bureau fixes. De nombreux employés qui gèrent des informations dans leur profession – les travailleurs du savoir – accomplissent leurs tâches chez eux, en déplacement ou ils utilisent un «Coworking Space» – un bureau communautaire – comme l’Impact Hub à Zurich par exemple. En résumé, ces nouvelles formes de travail indépendantes du lieu et de l’heure sont appelées «travail flexible», «flexwork», «travail mobile» ou «work smart».

«Un long trajet pour se rendre au travail est une perte de temps.»Un smart worker

Un potentiel élevé pour le travail intelligent

Selon le «Flexwork Survey 2016» de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse, un quart de la population active en Suisse est régulièrement en déplacement. Et ils le font volontiers parce que le travail flexible permet d’être autonome et augmente leur satisfaction. Voici ce qu’en dit un smart worker: «Je ne veux plus être limité à un seul endroit et un horaire fixe juste à cause de mon travail. Et un long trajet pour se rendre au travail est une perte de temps.»

Les smart workers quittent souvent leur bureau et travaillent en déplacement, à leur domicile ou dans l’espace de coworking. Bild: iStock.com/andresr

Près d’un tiers des participants à l’étude aimerait travailler plus souvent de manière flexible, mais leur emploi ou leur employeur ne leur permet pas de le faire, ou l’équipement technique fait défaut. En effet, bon nombre d’entreprises ou de chefs ne sont pas disposés à offrir à leurs employés autre chose que la journée de travail classique de 9 à 17h.

C’est pourquoi certaines des plus grandes entreprises suisses, comme les CFF, La Poste, la Mobilière et Swisscom, ont lancé l’«initiative Work Smart». L’objectif est de promouvoir des formes de travail flexibles dans l’économie suisse et aider au mieux les entreprises à mettre en place ces nouvelles formes de travail. À ce jour, 165 entreprises ont signé la «charte Work Smart», destinée à encourager le travail flexible.

Selon l’enquête, près de la moitié de la population active n’a pas la possibilité de travailler de façon mobile. Source:
FlexWork Survey 2016, Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW), faculté de psychologie appliquée.

Or, le potentiel est bien là. Selon l’étude «Le poste de travail de demain» de Deloitte, la moitié de tous les actifs suisses pourraient aménager leur travail de manière mobile. En effet, dans l’économie suisse, le secteur des services est particulièrement important avec 75% d’employés, et de nombreuses activités de services ne nécessitent pas forcément une présence sur le site de l’entreprise. En ce qui concerne la part des activités dans lesquelles l’information joue un rôle important, et qui sont les plus adaptées au travail flexible, la Suisse se classe au premier rang avec 43% – la moyenne de l’UE est de 36%. Avec une tendance à la hausse selon Deloitte.

La technologie est indispensable

Le travail flexible ne fonctionne pas sans une technologie adaptée. Tout a commencé en 1999 avec le Blackberry: il était alors possible pour la première fois de recevoir et de traiter automatiquement les e-mails et de coordonner les rendez-vous en déplacement. En 2009, les premières solutions UCC (Unified Collaboration and Communication) ont fait leur apparition. Des services comme Skype for Business permettent la messagerie instantanée dans le style de WhatsApp, la téléconférence sans matériel spécial, le partage d’écran pour travailler ensemble sur l’ordinateur et bien plus encore.

Un minimum d’équipement technique est souvent suffisant pour pouvoir travailler en déplacement.

Les solutions de sauvegarde de données comme Sharepoint, Dropbox ou la Swisscom Storebox facilitent quant à elles l’échange de documents. Des réseaux de radiocommunication mobiles performants et des connexions Internet rapides via DSL ou fibre optique constituent la base pour travailler en déplacement et au Home Office.

Lorsqu’on travaille à domicile, on n’est pas constamment dérangé par les collègues, mais les enfants jouent juste dans la pièce à côté ou le chien a besoin d’attention!

Culture d’entreprise et auto-organisation

Les impacts organisationnels sont tout aussi importants que les exigences techniques, tant pour l’employeur que pour le smart worker lui-même. Les formes de travail flexibles sont basées sur la confiance et exigent une mutation dans la culture d’entreprise car le supérieur peut moins contrôler ses collaborateurs.

L’étude FlexWork de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse montre, entre autres, que l’administration publique offre bien moins de possibilités de travailler à domicile que les grandes entreprises suisses. Un travail flexible et indépendant du lieu de travail y est pratiquement impossible. Graphique: Haute école de psychologie appliquée, FHNW.

Les smart workers doivent pour leur part bien savoir gérer cette liberté accrue. Il n’est pas évident pour tout le monde de travailler de façon autonome et de s’organiser efficacement. À cela viennent s’ajouter les influences extérieures: lorsqu’on travaille à domicile, on n’est pas constamment dérangé par les collègues, mais les enfants jouent juste dans la pièce à côté ou le chien a besoin d’attention!

La pratique révèle cependant qu’il y a plus de risques de travailler trop que trop peu. La séparation entre le travail et les loisirs peut être facilitée par des règles claires: par exemple, ne jamais travailler le dimanche ou après 20 heures. Cela vous évite de vous disperser et d’avoir l’impression que le travail occupe toute la place dans votre vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read now