Savoir-faire pour PME sur le cloud
6 min

Tout ce que vous devez savoir sur le cloud

Le cloud computing est une des plus grandes tendances en informatique et il facilite aussi le travail quotidien des petites entreprises. Mais en fait, qu’est-ce que le cloud? Qu’apporte-t-il et que se cache-t-il derrière des termes tels que «SaaS» ou «public cloud»?

Nous utilisons tous le cloud tous les jours. Lorsque nous publions quelque chose sur Facebook, lorsque nous faisons une recherche dans Google, lorsque nous envoyons un mail ou enregistrons un document en ligne, le cloud fonctionne toujours en arrière-plan. Le cloud computing est une approche visant à exploiter les ordinateurs d’un centre de calcul. Ici, le cloud désigne la démarche de séparer les éléments physiques tels que le serveur et la mémoire des éléments logiciels (le système d’exploitation et les applications). Une couche de virtualisation s’occupe de l’attribution des ressources au système d’exploitation. Le serveur physique est donc divisé en plusieurs serveurs virtuels. Cela signifie que plusieurs environnements de système d’exploitation fonctionnent en même temps sur le même ordinateur et se partagent les équipements.

La mémoire permanente formée par des disques durs ou des SSD (Solid State Disks) est généralement fournie à travers un réseau de stockage et est également virtualisée.

Les avantages du cloud

Par rapport à l’approche classique (un serveur, un système d’exploitation), le cloud computing a quelques avantages significatifs:

  • Une plus faible consommation de ressources: comme les capacités des équipements effectifs sont mieux utilisées, il n’y en a pas besoin d’autant. Cela fait diminuer les frais liés à l’informatique et à l’électricité dans les centres de calcul.
  • Flexibilité: le besoin en ressources peut être ajusté à tout moment afin d’effectuer un calcul compliqué ou de mettre à disposition de la mémoire supplémentaire pour un nouveau collaborateur. On ne paye que ce que l’on utilise vraiment.
  • Transparence des coûts: les services cloud sont facturés en fonction des besoins en ressources (comme la puissance de calcul et l’espace de stockage) dans le cadre d’un modèle locatif. Cela entraîne une transparence des coûts et évite d’effectuer des investissements coûteux prévus ou imprévus dans les équipements.
  • Sécurité: comme les équipements et les logiciels sont séparés, le système se laisse facilement déplacer sur un autre serveur en état de marche en cas de problèmes techniques. Cela réduit les pannes et augmente donc la disponibilité. En outre, l’exploitant du centre de calcul a grand intérêt à garder son environnement «propre» et dispose des connaissances nécessaires. Dans le cloud, les ordinateurs et les données sont généralement mieux protégées que dans une infrastructure gérée directement.

Les inconvénients du cloud

Dans l’état actuel des connaissances, les infrastructures de cloud sont efficaces au niveau de l’utilisation des ressources, flexibles et sûres. Pourtant, malgré ces avantages, il existe quelques obstacles à surmonter lors du passage dans le cloud.

  • Nécessité d’un accès rapide à Internet: comme l’accès aux données, aux programmes et aux serveurs, etc., dans le cloud se fait par Internet, il est recommandé d’avoir une connexion Internet fiable et rapide (à haut débit). Lorsque l’accès Internet ne fonctionne pas, l’accès aux documents commerciaux et autres n’est plus possible.
  • Sécurité et protection des données: la question de la protection des données se pose, en particulier pour les données professionnelles sensibles ou confidentielles. Selon la jurisprudence actuelle, les données du cloud sont soumises à la législation du pays où se trouve le centre de calcul. Cet aspect doit être pris en compte lors du choix d’une offre de cloud.
  • Possibilité de virtualisation des applications: toutes les applications ne fonctionnent pas dans un environnement virtuel. Par exemple, les applications dont la licence est associée aux équipements peuvent causer des problèmes dans le cloud. Avant de faire passer un environnement existant dans le cloud, il faut vérifier l’aptitude des applications par rapport au cloud.

Public ou privé?

Il existe différentes formes d’exploitation du cloud; elles peuvent avoir une importance, en particulier du point de vue de la protection des données ou des dispositions légales.

  • Public cloud: la forme qui est de loin la plus courante. Tous les utilisateurs se partagent une infrastructure de cloud commune. Cela s’applique pratiquement à toutes les offres SaaS (voir un peu plus bas).
  • Private cloud: Une entreprise exploite son propre cloud, soit dans son propre centre de calcul, soit chez un fournisseur spécialisé. Cette variante convient particulièrement aux grandes entreprises qui souhaitent externaliser dans le cloud leur propre infrastructure IT spécialisée.
  • Hybrid cloud: Cette forme mixte entre les deux variantes présentées ci-dessus se rencontre souvent dans les grandes entreprises. Dans ce cas, l’offre public cloud d’un opérateur est utilisée pour les applications standards telles que la messagerie électronique tandis que les données et les applications sensibles de l’entreprise fonctionnent sur le private cloud.

Les formes de service de cloud

Dans le contexte du cloud computing, on parle souvent d’«informatique en tant que service». A cet égard, il existe différents niveaux de services, depuis les serveurs virtuels jusqu’aux applications prêtes à l’emploi. Ici, il s’agit habituellement d’offres public cloud.

  • IaaS (Infrastructure as a Service): l’opérateur de cloud met une plate-forme à disposition pour l’exploitation d’un serveur avec espace de stockage. L’exploitation de cet environnement virtuel est du ressort de l’utilisateur.
  • PaaS (Platform as a Service): l’opérateur met à disposition une base de données ou un serveur web qui peut être configuré. Le PaaS est surtout intéressant pour le développement et le test des applications.
  • SaaS (Software as a Service): ce sont des applications toutes faites et prêtes à l’emploi souvent utilisées à travers un navigateur et payées suivant un modèle par abonnement pour un prix mensuel fixe. Parmi les exemples connus, il y a les applications Google, Microsoft Office Online ou Salesforce. Les divers services de stockage en ligne tels que Swisscom Storebox, OneDrive, Google Drive ou Dropbox font aussi partie des SaaS.

Le cloud fait partie du quotidien

Les offres du cloud sont incontournables. Dans bien des domaines, en particulier pour les applications standards, les avantages l’emportent en raison de la transparence des coûts et des économies réalisées au niveau de l’entretien de l’infrastructure IT. Les personnes qui se déplacent souvent, qui travaillent chez des clients ou ailleurs en dehors du bureau sont pratiquement obligées de passer par le cloud. La disponibilité en tout lieu des données professionnelles telles que les documents, les rendez-vous et les adresses représente un avantage décisif. Le passage au cloud n’est pas si difficile: de nombreux fournisseurs proposent une version gratuite de leur offre qui est parfaite pour faire ses premiers pas.

En savoir plus sur les offres de Swisscom en matière de cloud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read now