Stockage en ligne, SaaS, Public Cloud, Private Cloud: ce que vous devez savoir
11 min

Ce que vous devez savoir sur le cloud

Le Cloud Computing est l’une des grandes tendances de l’informatique et il facilite aussi la vie quotidienne des petites entreprises. Mais c’est quoi le cloud en réalité, qu’est-ce qu’il apporte et qu’est-ce qui se cache derrière des termes comme «SaaS» ou «Public Cloud»?

Nous utilisons tous le «cloud» au quotidien. Quand nous postons sur Facebook, faisons des recherches avec Google, envoyons un e-mail ou enregistrons un document sur un espace de stockage en ligne comme OneDrive, le cloud se cache toujours derrière tout cela. Ceci s’applique également aux applications telles que Spotify, Netflix ou la liste de tâches Todoist. Elles stockent toutes les données dans un cloud.

Le Cloud Computing est actuellement l’outil de prédilection pour exploiter des ordinateurs dans les centres de calcul. Le cloud est l’approche consistant à séparer le matériel physique tel que les serveurs et le stockage, du logiciel en soi (système d’exploitation et applications). Une couche de virtualisation gère cette séparation et l’affectation des ressources matérielles à chaque serveur virtuel.

Le serveur physique est donc divisé en plusieurs serveurs virtuels. Cela signifie que plusieurs environnements de système d’exploitation qui partagent le même matériel fonctionnent simultanément sur un même ordinateur. Ou qu’une application utilise plusieurs systèmes simultanément. C’est le cas par exemple des recherches Google ou des offres SaaS (Software as a Service, voir ci-dessous) telles que Microsoft Office 365, Salesforce et les stockages en ligne. La conséquence est que, grâce à une utilisation efficace, moins de matériel est nécessaire et la consommation d’électricité baisse. Cela permet de réduire les coûts d’exploitation.

Le cloud, un marché en plein essor

Le Cloud Computing est une discipline relativement jeune de l’informatique. Et en raison de la transparence des coûts et de sa modularité, c’est un marché intéressant pour les offres aux entreprises comme aux clients privés. Dans la dernière version de son rapport sur les tendances (Internet Trends 2019), la chercheuse en tendances Mary Meeker suppose qu’environ un cinquième du traitement des données dans le monde se fait actuellement dans le cloud. Cette part a doublé au cours des cinq dernières années, et la tendance est à la hausse, comme le confirment toutes les études de marché.

Selon l’étude de marché IDC, les dépenses mondiales pour les services cloud atteindront 229 milliards de dollars américains en 2019. Plus de la moitié de cette somme serait consacrée aux offres SaaS. Selon IDC, les dépenses pour les services cloud devraient atteindre 500 milliards de dollars américains dans quatre ans.

Les chiffres d’affaires des trois plus grands opérateurs mondiaux de cloud que sont Amazon (AWS, Amazon Web Services), Microsoft (Azure) et Google (Google Cloud) vont dans le même sens, autrement dit vers le haut. L’institut d’études de marché Canalys a comparé les chiffres d’affaires des trois opérateurs au premier trimestre 2019 et est arrivé aux conclusions suivantes:

  • Amazon a augmenté son chiffre d’affaires pour atteindre 7.6 milliards de dollars américains et fait ainsi plus de chiffre d’affaires avec ses activités cloud que Microsoft (3.4 milliards) et Google (2.3 milliards) réunis.
  • Google a le taux de croissance le plus élevé (83%), devant Microsoft (75%) et Amazon (43%).

Public Cloud ou Private Cloud?

Il existe différentes approches pour l’utilisation d’une infrastructure de Cloud Computing. Cela est particulièrement important du point de vue de la protection des données ou des règles juridiques:

  • Public Cloud: de loin la forme la plus courante. Tous les utilisateurs partagent une infrastructure cloud commune d’un opérateur. Ceci s’applique à pratiquement toutes les offres SaaS, PaaS et IaaS (voir ci-dessous), aux stockages en ligne et aux données des applications. Un Public Cloud est accessible via Internet.
  • Private Cloud: une entreprise exploite son propre cloud, soit dans son propre centre de calcul, soit auprès d’un opérateur spécialisé. L’accès est limité aux utilisateurs de l’entreprise et s’effectue via des connexions sécurisées. Les Private Clouds ne sont généralement pas accessibles via Internet. Cette variante convient aux grandes entreprises qui souhaitent externaliser leur propre infrastructure IT spécialisée dans le cloud et qui ont des exigences élevées en matière de protection et de sécurité des données.
  • Hybrid Cloud: la forme mixte des deux variantes ci-dessus se retrouve souvent dans les grandes entreprises. L’offre Public Cloud d’un opérateur est alors utilisée pour les applications standard telles que la messagerie électronique, tandis que les données et applications sensibles de l’entreprise sont exploitées dans le cloud privé.

Les formes de service du cloud

Dans le contexte du Cloud Computing, on parle souvent d’informatique en tant que service ou d’«IT à la demande». Il existe différents niveaux de services, allant des serveurs virtuels aux applications prêtes à l’emploi. Il s’agit généralement d’offres Public Cloud.

IaaS (Infrastructure as a Service)

L’opérateur cloud fournit une plateforme pour l’exploitation de serveurs propres, y compris le stockage. L’exploitation de ces environnements virtuels est gérée par l’utilisateur. IaaS permet à une entreprise de déplacer dans le cloud, pratiquement en copie miroir, un serveur local existant et les applications telles que l’ERP ou le CRM. Le cloud remplace le serveur physique et se substitue ainsi au matériel.

Des exemples d’offres IaaS sont: Swisscom Dynamic Computing Services, Amazon Cloud, Microsoft Azure

PaaS (Platform as a Service)

L’opérateur fournit une application telle qu’une base de données, un serveur Web ou une plateforme d’analyse de données qui peut être configurée par l’utilisateur. L’exploitation et la maintenance (par exemple les mises à jour logicielles) sont gérées par le fournisseur cloud. PaaS est intéressant d’une part pour les développeurs de logiciels et les opérateurs de logiciels. Et d’autre part, les entreprises peuvent utiliser PaaS pour stocker des données dans leurs applications. Cela permet par exemple d’utiliser une base de données sur Microsoft SQL Server sans avoir à se soucier des mises à jour logicielles et de la configuration du stockage.

Des exemples d’offres PaaS sont: Swisscom Application Cloud, Google App Engine, Azure PaaS

SaaS (Software as a Service)

Des applications prêtes à l’emploi qui sont souvent utilisées via le navigateur et payées par abonnement à des prix mensuels fixes. Le logiciel fonctionne sur l’infrastructure cloud de l’opérateur qui gère également la maintenance et les mises à jour. Les entreprises qui utilisent SaaS économisent l’effort et le savoir-faire informatique nécessaires à l’exploitation, tout en conservant une transparence des coûts. SaaS représente le plus haut niveau d’externalisation cloud: les applications sont exécutées dans le cloud où sont aussi stockées les données. Et l’exploitation est déléguée à l’opérateur.

Des exemples de SaaS sont les offres Webmail telles que Bluewin, Microsoft Office 365, les applications Google (G Suite) ou Salesforce. Les stockages en ligne tels que OneDrive (for Business), Google Drive ou Dropbox font aussi partie des SaaS. Le stockage cloud et le Webmail font partie des offres SaaS les plus fréquemment utilisées.

Managed Services

Il s’agit d’un hybride entre IaaS et SaaS. La variante globale consiste en une externalisation partielle ou complète de l’infrastructure IT. Pour ce faire, une entreprise utilise son propre environnement serveur, par exemple pour le CRM ou la comptabilité. Le fournisseur cloud est toutefois responsable de l’exploitation, de sorte que l’entreprise n’a pas à se soucier de la maintenance informatique. Un exemple est l’offre d’externalisation Swisscom Smart ICT, qui comprend l’ensemble de l’infrastructure d’informatique et de communication d’une entreprise.

Il est également possible d’obtenir des composants d’infrastructure individuels sous forme de Managed Service depuis le cloud. Cela inclut par exemple la téléphonie, les firewalls et la sauvegarde de données d’un serveur local ou virtuel.

Les avantages du cloud

Le Cloud Computing présente des avantages significatifs par rapport à l’approche classique d’une infrastructure sur site (un serveur, un système d’exploitation):

  • Faible consommation de ressources: moins de matériel est nécessaire car le matériel effectif est mieux exploité. Cela réduit les coûts informatiques et d’électricité dans le centre de calcul et donc les coûts d’utilisation des services cloud.
  • Flexibilité: les besoins en ressources peuvent être ajustés à tout moment. Si le service de comptabilité boucle le bilan annuel, des capacités de processeur et de stockage supplémentaires peuvent être louées pour une période limitée. La création de compte est rapide pour les nouveaux collaborateurs afin de leur donner accès aux programmes, aux données et au stockage en ligne. L’opérateur cloud fournit les ressources appropriées. Les entreprises paient uniquement ce dont elles ont effectivement besoin.
  • Transparence des coûts: les services cloud sont facturés selon un modèle locatif, en fonction des besoins en ressources (comme la puissance de calcul et la capacité de stockage). Il en résulte une transparence des coûts et cela évite les investissements coûteux, planifiés ou non, dans le matériel informatique. Pour les utilisateurs, cela améliore la sécurité de planification.
  • Sécurité et disponibilité: comme le matériel et le logiciel sont séparés, le système peut facilement être déplacé sur un autre serveur fonctionnel en cas de problème technique. Cela réduit les temps d’arrêt et augmente ainsi la disponibilité. De plus, l’opérateur du centre de calcul a tout intérêt à protéger son environnement contre les cyberattaques et il possède l’expertise pour le faire. Dans le cloud, les ordinateurs et les données sont donc généralement mieux protégés que dans une infrastructure autogérée.
  • Sécurité des données: les documents commerciaux sont stockés dans le centre de calcul du fournisseur cloud, souvent de manière redondante (multiple). Cela signifie que les données sont non seulement protégées en cas de défaillance matérielle, mais que même les catastrophes naturelles au siège d’une PME ne peuvent pas les affecter.
  • Indépendamment du lieu: le Cloud Computing permet d’utiliser les ressources informatiques de manière flexible et surtout indépendante du lieu via n’importe quelle connexion Internet. Le cloud permet ainsi un travail flexible et indépendant du lieu, par exemple pendant vos déplacements ou chez le client. C’est la base pour la numérisation des processus d’affaires. Exemples: l’accès au calendrier via smartphone, ordinateur portable et tablette pendant vos déplacements, l’échange de données avec les clients et les fournisseurs ou la comptabilité depuis votre bureau à domicile.

Les inconvénients du cloud

Grâce aux connaissances actuelles, les infrastructures cloud sont efficaces dans la consommation de ressources, flexibles et sécurisées. Malgré ces avantages, certains obstacles doivent cependant être surmontés, en particulier lors du passage vers le cloud:

  • Accès Internet rapide nécessaire: comme on accède aux données, programmes, serveurs, etc. dans le cloud via Internet, une connexion Internet rapide (à haut débit) et fiable est recommandée. Si l’accès à Internet ne fonctionne pas, l’accès aux documents commerciaux et aux applications SaaS n’est plus possible.
  • Protection et sécurité des données: la question de la protection des données se pose notamment pour les données commerciales sensibles ou confidentielles. Il est conseillé de choisir un fournisseur cloud qui respecte les exigences commerciales et juridiques en matière de protection et de sécurité des données et qui stocke les données en Suisse. Cet aspect doit être pris en compte lors du choix d’une offre cloud.
  • Capacité de virtualisation des applications: toutes les applications ne fonctionnent pas dans des environnements virtuels. Des applications dont la licence est liée au matériel peuvent par exemple causer des problèmes dans le cloud. Il en va de même pour les logiciels obsolètes ou qui ne sont plus maintenus. Avant d’externaliser un environnement existant dans le cloud, vérifiez que les applications soient compatibles pour le cloud.

Le cloud fait partie de notre quotidien depuis longtemps

Difficile de se passer des offres cloud. Dans la majorité des domaines et en particulier pour les applications standard, les avantages pour la gestion de l’infrastructure IT prédominent grâce aux coûts transparents et à l’économie d’efforts. Quiconque travaille fréquemment en déplacement, chez ses clients ou n’importe où ailleurs, en dehors des quatre murs de son bureau, peut difficilement se passer du cloud. La disponibilité, indépendamment du lieu, de données commerciales telles que les documents, les rendez-vous et les adresses est un avantage décisif.

Le basculement vers le cloud n’est pas si difficile et peut se faire par étapes. De nombreux fournisseurs proposent une variante gratuite de leur offre, idéale pour les premiers essais.

 

Version actualisée d’un article de mars 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lisez maintenant